Ca­nal+ et beIN Sports vont bien faire équipe

Les deux chaînes ont conclu un ac­cord de dis­tri­bu­tion ex­clu­sive

20 Minutes (Toulouse) - - LA UNE - Vincent Bar­ros

Le rap­pro­che­ment est lan­cé. Vi­ven­di, la mai­son mère de Ca­nal+, a an­non­cé jeu­di que la chaîne cryp­tée al­lait pou­voir conclure un ac­cord de dis­tri­bu­tion ex­clu­sive avec la chaîne spor­tive beIN Sports. Ce pro­jet d’al­liance, qui de­vrait avoir des consé­quences pro­fondes sur le pay­sage au­dio­vi­suel fran­çais et sur les ama­teurs de sport à la té­lé, pose trois ques­tions.

1 Quel est l’in­té­rêt pour Ca­nal+ ?

« Les six chaînes Ca­nal+ perdent de l’ar­gent en France de­puis quatre ans », ex­plique Vi­ven­di dans un com­mu­ni­qué pu­blié à l’oc­ca­sion de ses ré­sul­tats an­nuels. En dif­fi­cul­té sur ses deux pi­liers que sont le sport et le ci­né­ma, la chaîne cryp­tée a vé­cu de nom­breuses se­cousses de­puis la re­prise en main par Vincent Bol­lo­ré, pa­tron de Vi­ven­di, no­tam­ment la perte des droits du cham­pion­nat an­glais de foot­ball, ra­flés par Al­tice-Nu­me­ri­cable. C’est cet échec cin­glant qui a pous­sé Ca­nal+ à en­ga­ger ra­pi­de­ment des dis­cus­sions avec beIN Sports, la chaîne qui l’a pour­tant af­fai­blie en fai­sant ex­plo­ser les en­chères des droits spor­tifs de­puis 2012.

2 Quel est l’in­té­rêt pour beIN Sports ?

Mal­gré 2,5 mil­lions d’abon­nés en­vi­ron, beIN Sports su­bit des pertes très lourdes, es­ti­mées à 250 mil­lions d’eu­ros par an et de­ve­nues im­pos­sibles à ab­sor­ber par sa mai­son mère, le groupe au­dio­vi­suel qa­ta­ri Al Ja­zee­ra. « Il y avait deux op­tions pour beIN : soit un ac­cord de dis­tri­bu­tion ex­clu­sif, ce qui était un moindre mal, soit une al­liance avec Ca­nal+, en réa­li­té un ra­chat qui n’au­rait pas dit son nom », as­sure Ju­lien Pillot, di­rec­teur des syn­thèses de Pre­cep­ta (groupe Xerfi).

3 Quel est l’in­té­rêt pour l’abon­né ?

Les clients de­vront-ils payer deux abon­ne­ments ? « C’est toute la ques­tion, qui est plus com­plexe qu’il n’y pa­raît », sou­ligne Ju­lien Pillot. En l’état, pour s’abon­ner à beIN, il fau­drait d’abord s’abon­ner à Ca­nalSat (25 € mi­ni­mum par mois) et donc, en ef­fet, cu­mu­ler deux abon­ne­ments. L’in­cer­ti­tude re­pose sur les offres et les ta­rifs qui se­ront pra­ti­qués. Or, les abon­nés à beIN, plu­tôt jeunes, ne paient que 13 € par mois et sont ha­bi­tués à pou­voir se désa­bon­ner à tout mo­ment sans contrainte. La po­li­tique d’abon­ne­ment de Ca­nal+ li­mite la pos­si­bi­li­té de ré­si­lier à la seule date d’échéance tous les ans. Afin d’évi­ter une trop grande dé­per­di­tion, le groupe se­ra peut-être ten­té d’or­ga­ni­ser la tran­si­tion avant l’Eu­ro de foot en juin, dont beIN a ob­te­nu les droits de tous les matchs.

Le mar­ché des droits té­lé des évé­ne­ments spor­tifs va être ré­vo­lu­tion­né.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.