Mes­si, Ney­mar et Sua­rez, fans de chambre

Le trio d’at­taque du Bar­ça se ré­gale à hu­mi­lier l’ad­ver­saire

20 Minutes (Toulouse) - - LA UNE - Ro­main Ba­heux

On ne sait si les joueurs d’Ar­se­nal ont dé­jà goû­té aux soi­rées sa­do­ma­so­chistes, mais le Bar­ça se­ra ra­vi de leur faire dé­cou­vrir leur équi­valent foot­bal­lis­tique ce mar­di en 8e de fi­nale al­ler de la Ligue des cham­pions. Mes­si, Sua­rez et Ney­mar font dans l’hu­mi­lia­tion ces der­niers mois, à tel point que le trio d’at­taque « MSN » est taxé de pié­ti­ner l’ego de leurs ad­ver­saires en mondovisio­n. Ac­cu­sé FC Bar­ce­lone, le­vez-vous.

Les faits re­pro­chés. Les « ha­ters » des dribbles et rou­lettes im­pro­bables ont trou­vé leur nou­vel en­ne­mi : Ney­mar. Il y a une se­maine, le Bré­si­lien les a ren­dus dingues avec un coup du som­bre­ro des plus hu­mi­liants contre le Cel­ta Vi­go. Vexant, d’au­tant que Mes­si et Sua­rez en ont re­mis une couche le même soir avec le dé­sor­mais cé­lèbre « pe­nal­ty-passe ».

Le té­moin. Mi­lieu de ter­rain du De­por­ti­vo La Co­rogne, Fay­çal Fa­jr a pas­sé quelques mau­vais mo­ments au Camp Nou. Mais l’in­ter­na­tio­nal ma­ro­cain reste fan des su­cre­ries du trio. « Le foot, c’est du plai­sir, et eux, ils en donnent et ils en prennent, ra­conte-t-il. Quand tu joues contre eux, tu sens qu’ils s’amusent, et même si tu es dans ton match, tu ne peux t’em­pê­cher d’être admiratif de­vant ce qu’ils font. »

La dé­fense. L’en­traî­neur du Bar­ça, Luis En­rique, se re­trouve sou­vent contraint de dé­fendre les fa­cé­ties de ses trois at­ta­quants, sur­tout celles du Bré­si­lien. « En Es­pagne, c’est mal vu, mais au Bré­sil, c’est nor­mal, ex­pli­quait-il en mai. Il faut com­prendre le contexte, Ney­mar ne fait pas ce­la pour cham­brer. » Au FC Bar­ce­lone, on veille néan­moins à ce que la ré­pu­ta­tion spec­ta­cu­laire de l’équipe ne soit pas ter­nie. Après le « pe­nal­ty-passe » de Mes­si et Sua­rez, l’an­cienne gloire du club Jo­han Cruyff s’était in­sur­gée : « C’est ça le foot­ball, c’est un jeu. C’est du di­ver­tis­se­ment, et c’est ce que fait Mes­si. »

La peine en­cou­rue. Evi­dem­ment, au­cune com­mis­sion de dis­ci­pline au monde ne col­le­ra deux matchs de sus­pen­sion pour rou­lette abu­sive. Alors que risque le trio ? Faire perdre un match à force de vou­loir se fo­ca­li­ser sur le beau geste à sor­tir pour hu­mi­lier l’ad­ver­saire ? As­sez peu cré­dible. « Au dé­but de la ren­contre, on les sent sé­rieux et ef­fi­caces, sou­ligne Ab­dou Sis­so­ko, pas­sé par Gre­nade. C’est seule­ment quand ils se sont dé­ta­chés au score qu’ils se lâchent tech­ni­que­ment. A 3-0, tu te dis que c’est fi­ni, mais ça ne fait que com­men­cer. » Pour notre plus grand plai­sir de sa­dique.

« Le foot, c’est du plai­sir, et eux, ils en prennent et ils en donnent. » Fay­çal Fa­jr (La Co­rogne)

Mes­si, Sua­rez et Ney­mar (« MSN »), la meilleure at­taque de l’his­toire du foot.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.