La gauche lève le flou

Les mo­da­li­tés de la pri­maire ont été dé­fi­nies à l’oc­ca­sion du con­seil na­tio­nal du PS, di­manche. Le scru­tin se tien­dra les 22 et 29 jan­vier 2017.

20 Minutes (Toulouse) - - GRAND TOULOUSE - Laure Co­met­ti

Aquoi res­sem­ble­ra la pri­maire de la gauche, pré­vue les 22 et 29 jan­vier pro­chains? La ré­ponse a été tran­chée di­manche, lors de la réunion du con­seil na­tio­nal du Par­ti so­cia­liste. Condi­tions de par­rai­nage, bu­reaux de vote, do­ta­tion fi­nan­cière pour les can­di­dats, 20 Mi­nutes fait le point.

Le par­rai­nage. Le sys­tème de par­rai­nage se­ra le même qu’en 2011, a confir­mé le pre­mier se­cré­taire du PS, Jean-Ch­ris­tophe Cam­ba­dé­lis, dans le

JDD. Chaque can­di­dat de­vra donc ob­te­nir le sou­tien de 5 % des par­le­men­taires PS, ou 5 % des membres ti­tu­laires du Con­seil na­tio­nal, ou 5 % des maires des villes de plus de 10 000 ha­bi­tants ré­par­tis dans dix dé­par­te­ments et quatre ré­gions, ou 5 % des conseiller­s ré­gio­naux et dé­par­te­men­taux de dix dé­par­te­ments et quatre ré­gions. Les bu­reaux de vote. En 2011, 9400 bu­reaux avaient été ou­verts. Jean-Ch­ris­tophe Cam­ba­dé­lis en vou­lait « plus ». « Idéa­le­ment, 10 000 », a avan­cé Fran­çois Kal­fon, di­rec­teur de cam­pagne d’Ar­naud Mon­te­bourg. Fi­na­le­ment, ils se­ront au moins 8 000.

La do­ta­tion fi­nan­cière. Après dé­bat, le PS s’est en­ga­gé à mettre « à la dis­po­si­tion des can­di­dats une do­ta­tion de 50 000 € dans le res­pect de la lé­gis­la­tion : la dif­fu­sion des pro­fes­sions de foi à ses mi­li­tant(e) s, des lo­caux au sein du siège ain­si que son ser­vice d’ordre ». VLes su­jets de cris­pa­tion. Le camp Mon­te­bourg met en cause « la neu­tra­li­té de la di­rec­tion du par­ti », sou­ligne Fran­çois Kal­fon, qui ac­cuse les cadres de « par­tia­li­té ». Les élec­tions lé­gis­la­tives étaient éga­le­ment à l’ordre du jour de la réunion de di­manche, alors que des fron­deurs dé­non­çaient le « pa­ra­chu­tage » de cer­tains fi­dèles du gou­ver­ne­ment dans cer­taines cir­cons­crip­tions.

Les in­con­nues. « Le plus im­por­tant c’est de sa­voir si le PS va por­ter le mes­sage fort que cette pri­maire est ou­verte à l’en­semble des ci­toyens de gauche », ba­laie Ma­rie-Noëlle Lie­ne­mann, qui dé­plore que « cer­tains, au­tour du pré­sident, sont ten­tés de res­treindre cette pri­maire à la gauche so­cia­liste et pro­gou­ver­ne­ment ». De fait, cette pri­maire se fe­ra sans JeanLuc Mé­len­chon, Na­tha­lie Ar­taud (Lutte ou­vrière) ou Phi­lippe Pou­tou (Nou­veau par­ti an­ti­ca­pi­ta­liste). Le Par­ti ra­di­cal de gauche (PRG) de­vrait an­non­cer en dé­cembre s’il y par­ti­cipe. C’est à la même pé­riode que Fran­çois Hol­lande de­vrait lui aus­si se dé­ci­der, même si pour les proches du chef de l’Etat, sa can­di­da­ture ne fait (presque) au­cun doute.

La pri­maire à gauche se joue­ra les 22 et 29 jan­vier pro­chains, dans un moins 8000 bu­reaux de vote.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.