Franck Du­bosc en (trop) vrai

20 Minutes (Toulouse) - - CULTURE - Pro­pos re­cueillis par Vincent Ju­lé

Dans « Les Beaux Ma­laises », ce mar­di à 21 h sur M6, Franck Du­bosc in­ter­prète un cer­tain… Franck Du­bosc. Ce n’est pas la pre­mière fois qu’un ac­teur joue son propre rôle, ou sa ver­sion dé­ca­lée : Jer­ry Sein­feld dans « Sein­feld », Eric Ju­dor dans « Pla­tane » ou Mar­tin Matte dans… « Les Beaux Ma­laises » ver­sion ori­gi­nale. La sé­rie est en ef­fet l’adap­ta­tion d’un for­mat qué­bé­cois sur la vraie fausse vie d’un hu­mo­riste.

Vous vous êtes re­trou­vé dans cer­taines scènes ? Presque toutes. Tout ce qui a trait à la cé­lé­bri­té est très vrai : se re­trou­ver face à des fans et ne pas sa­voir quoi dire, ou même rendre vi­site à un en­fant ma­lade à l’hô­pi­tal… Pour le cô­té ra­din, je ne le suis pas, mais je fais at­ten­tion. Je viens d’une fa­mille qui ne roule pas sur l’or. Même si j’ai les moyens au­jourd’hui, je vais re­gar­der le prix du pain. Je fais les courses. Chez Fran­prix. Les acteurs qui jouent leur propre rôle disent sou­vent que ça n’a rien à voir avec la réalité. Pas vous… Car c’est très proche de la réalité, et de ma per­son­na­li­té. Quand ils ont cher­ché à adap­ter « Les Beaux Ma­laises » en France, ils se sont adres­sés à moi, et pas à un autre co­mique. On peut y croire : j’ai une femme, des en­fants, une vie presque nor­male… Bon, j’ai aus­si un ap­par­te­ment à Neuilly et je voyage en bu­si­ness. J’ai la chance de bien ga­gner ma vie, de vivre de ma pas­sion. Ce qui est dé­jà ex­tra­or­di­naire. Mais pour le reste, je suis un peu Mon­sieur Tout-le-monde.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.