En­voyé dans l’es­pace, pi­lo­té de­puis Tou­louse

Dans l’es­pace, Tho­mas Pes­quet se­ra gui­dé de­puis la Ville rose

20 Minutes (Toulouse) - - GRAND TOULOUSE - Hé­lène Mé­nal

L e sa­me­di ma­tin, dans la Sta­tion spa­tiale in­ter­na­tio­nale (ISS), les « pen­sion­naires », tout as­tro­nautes qu’ils sont, font le mé­nage. Le di­manche, ils ont temps libre. « Les autres jours, ils se lèvent à 6 h, l’heure du som­meil of­fi­ciel étant 21 h 30. Leur temps de tra­vail ef­fec­tif s’étend de 8 h à 19 h, avec une heure de pause », dé­taille Léo­pold Ehyarts, le der­nier Fran­çais à avoir sé­jour­né dans l’ISS, en 2008. Au­tant dire que son suc­ces­seur, Tho­mas Pes­quet, qui doit par­tir le 15 no­vembre, ne va pas se conten­ter de faire 16 fois par jour le tour de la Terre.

Sur­faces in­tel­li­gentes

Sa mis­sion Proxi­ma va du­rer six mois, qu’il va pas­ser à réa­li­ser des ma­ni­pu­la­tions. Le Cnes lui a confié six ex­pé­riences scien­ti­fiques qui se­ront cha­peau­tées à Tou­louse de­puis la salle de contrôle, le Cad­mos (centre d’aide au dé­ve­lop­pe­ment des ac­ti­vi­tés en mi­cro­pe­san­teur et des opé­ra­tions spa­tiales), que les in­gé­nieurs uti­lisent comme in­ter­face avec les as­tro­nautes. Grâce à leurs consignes, Tho­mas Pes­quet va tes­ter l’Aqua­pad. Ce sys­tème per­met de dé­ter­mi­ner la « po­ta­bi­li­té » de l’eau en ver­sant une goutte sur un co­ton ab­sor­bant. Un ou­til pré­cieux pour les fu­turs longs voyages spa­tiaux, qui pour­rait aus­si ai­der les po­pu­la­tions qui n’ont pas ac­cès à l’eau po­table. Quant au pro­jet Ma­tiss, il va im­mé­dia­te­ment faire rê­ver ceux qui souffrent de tocs de pro­pre­té. Il s’agit de tes­ter de nou­velles sur­faces in­tel­li­gentes « ca­pables de ré­agir à l’ap­proche des bac­té­ries et de les em­pê­cher de se po­ser ». Si ce­la fonc­tionne dans l’es­pace, alors ce­la fonc­tion­ne­ra pour les bou­tons d’as­cen­seur. En­fin, le spa­tio­naute va as­sem­bler pour la pre­mière fois Mares, un banc de mus­cu­la­tion high-tech. Ce­lui-ci sert à me­su­rer pré­ci­sé­ment la fonte mus­cu­laire en im­pe­san­teur et la mo­di­fi­ca­tion des tis­sus. Ces don­nées vont per­mettre aux as­tro­nautes de mieux se ré­adap­ter à leur re­tour, mais aus­si à la prise en charge des pa­tients long­temps ali­tés.

Le spa­tio­naute fran­çais doit dé­col­ler pour l’ISS le 15 no­vembre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.