Riad Sat­touf re­des­sine les bulles de son en­fance

Le troi­sième tome de l’au­to­bio­gra­phie des­si­née de Riad Sat­touf est ar­ri­vé en li­brai­rie

20 Minutes (Toulouse) - - GRAND TOULOUSE - Oli­vier Mim­ran L’Arabe du fu­tur 3 « Une jeu­nesse au Moyen-Orient (1985-87) » de Riad Sat­touf, Al­la­ry édi­tions, 20,90 €.

Pour la sor­tie du 3e vo­lume (sur cinq pré­vus) de L’Arabe du fu­tur, Riad Sat­touf doit se rendre à l’évi­dence. Avec plus d’un mil­lion d’exem­plaires – dont 700 000 en France! –, 17 tra­duc­tions et de nom­breuses ré­com­penses (Grand prix RTL de la BD 2014, Fauve d’or du meilleur al­bum au Fes­ti­val d’An­gou­lême 2015, Los An­geles Times Gra­phic No­vel Prize en 2016), le ré­cit de sa jeu­nesse à tra­vers la France, le Magh­reb et le Moyen-Orient est de­ve­nu un phé­no­mène mon­dial. Dans le pre­mier vo­lume, qui cou­vrait la pé­riode 1978-1984, Riad Sat­touf ra­con­tait com­ment il avait été bal­lot­té, de sa nais­sance à ses 6 ans, entre Ly­bie, Bre­tagne et Sy­rie. Dans le se­cond, pa­ru en 2015, il re­la­tait sa pre­mière an­née d’école en Sy­rie. Le 3e tome, qui court de 1985 à 1987, voit le jeune Riad com­men­cer à prendre réel­le­ment conscience du monde qui l’en­toure… et à en sai­sir les contra­dic­tions (no­tam­ment celles qu’af­fiche son père, jus­qu’alors son « hé­ros » toutes ca­té­go­ries). « D’ailleurs, c’est drôle : c’est après coup que j’ai com­pris que j’ai da­van­tage cen­tré L’Arabe du fu­tur sur l’ad­mi­ra­tion qu’un en­fant éprouve pour son père, confie Riad Sat­touf à 20 Mi­nutes. Au point que j’ai zap­pé cer­tains as­pects de mon en­fance, comme le fait que j’étais sou­vent ma­lade, etc. Il existe une grande tra­di­tion de bande des­si­née au­to­bio­gra­phique, et elle compte de sa­crés suc­cès – Maus d’Art Spie­gel­man ou Per­se­po­lis de Mar­jane Sa­tra­pi en sont les plus écla­tants. N’em­pêche que ra­con­ter sa vie, ça reste un exer­cice par­ti­cu­lier. »

Au-de­là des codes de la BD

Mais l’au­teur fran­co-sy­rien a com­pris tous les rouages de l’exer­cice : « L’au­to­bio­gra­phie est un genre à part parce qu’il est le seul qui réus­sisse à “at­ti­rer” des gens qui ne lisent ha­bi­tuel­le­ment pas de BD parce qu’ils consi­dèrent que c’est un truc pour ado­les­cents, pour nerds un peu con-cons. Pour une fois, ils n’ont pas be­soin de connaître les codes de la BD de genre pour s’y plon­ger, se sa­tis­fait-il. Par exemple, lors d’une ren­contre à Saint-Ma­lo, il y avait une tren­taine de ma­mies ve­nues se faire dé­di­ca­cer le tome 1 et toutes m’ont dit, en sub­stance : “C’est la seule BD que j’ai lue de ma vie… avec Bé­cas­sine quand j’étais pe­tite” (rires). J’adore ! »

Tra­duits en 17 langues, les deux pre­miers tomes de L’Arabe du fu­tur se sont ven­dus à plus d’un mil­lion d’exem­plaires.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.