Ab­del­ka­der Me­rah se­ra bien ju­gé aux as­sises

20 Minutes (Toulouse) - - GRAND TOULOUSE - Hé­lène Mé­nal

I l se tien­dra en l’ab­sence du prin­ci­pal pro­ta­go­niste mais il y au­ra bien un pro­cès Me­rah. La Cour de cas­sa­tion vient de confir­mer le ren­voi d’Ab­del­ka­der Me­rah, l’aî­né du « tueur au scoo­ter », de­vant la cour d’As­sises spé­ciale de Pa­ris. Il de­vra ré­pondre de com­pli­ci­té dans les tue­ries de Tou­louse et Mon­tau­ban qui, du 11 au 19 mars 2012, ont coû­té la vie à sept per­sonnes, dont trois en­fants. Le frère aî­né de Mo­ha­med Me­rah et avant-der­nier de la fra­trie est pour­sui­vi pour « com­pli­ci­té de crimes ter­ro­ristes ». Con­crè­te­ment, les juges d’ins­truc­tion ont ac­quis la convic­tion qu’il était pré­sent le 6 mars 2012, lors du vol du fa­meux scoo­ter qui a ser­vi à la che­vau­chée san­glante. Il est aus­si soup­çon­né d’avoir eu une in­fluence sur son ca­det dans les jours qui ont pré­cé­dé les at­taques. L’ac­cu­sé est consi­dé­ré comme l’idéo­logue de la fa­mille. Au­jourd’hui âgé de 34 ans, il a été for­mé à l’is­lam ra­di­cal dans une école co­ra­nique égyp­tienne. Ab­del­ka­der Me­rah a été in­car­cé­ré dans la fou­lée des tue­ries de son frère. Il a tou­jours nié être lié aux crimes de ce der­nier, mais a conti­nué à en­tre­te­nir un dis­cours ra­di­cal en pri­son.

Fet­tah Mal­ki, l’ami

L’autre com­plice pré­su­mé qui de­vrait se te­nir dans le box est Fet­tah Mal­ki. Ce pe­tit dé­lin­quant, is­su lui aus­si des Izards, est un ami d’en­fance de Mo­ha­med Me­rah. Il a re­con­nu lui avoir four­ni un gi­let pare-balles et le pis­to­let-mi­trailleur Uzi qu’il a uti­li­sé. Son avo­cate, Hé­lène Masse-Des­sen, le dé­crit comme « le com­mer­cial du quar­tier » qui « vend un peu tout et n’im­porte quoi ». Elle af­firme qu’il ne sa­vait rien des in­ten­tions du « tueur au scoo­ter ». Fet­tah Mal­ki est pour­sui­vi et ren­voyé de­vant les as­sises pour « as­so­cia­tion de mal­fai­teurs en re­la­tion avec une en­tre­prise ter­ro­riste dé­lic­tuelle », une ac­cu­sa­tion pour la­quelle il risque 10 ans de pri­son. Mais que le par­quet gé­né­ral ai­me­rait re­qua­li­fier en « as­so­cia­tion de mal­fai­teurs cri­mi­nelle », pu­nie de 20 ans. La Cour de Cas­sa­tion n’a pas tran­ché sur ce point. La jus­tice de­vra à nou­veau sta­tuer sur cet alour­dis­se­ment des charges.

L’ar­ri­vée d’Ab­del­ka­der Me­rah dans les lo­caux de la DCRI le 24 mars 2012.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.