As­su­rer 35 heures de di­rect... Cauet livre ses trucs et as­tuces à Cy­ril Ha­nou­na

Ha­nou­na va te­nir l’an­tenne de C8 jus­qu’à sa­me­di

20 Minutes (Toulouse) - - Grand Toulouse - Clio Wei­ckert

Cy­ril Ha­nou­na se lance un dé­fi de taille : « Les 35 heures de Ba­ba », soit « battre le re­cord du monde du plus long di­rect té­lé­vi­suel ». Dès 14 h ce jeu­di et jus­qu’à 1 h du ma­tin sa­me­di, le tru­blion du PAF va squat­ter C8 non-stop, jour et nuit. Un chal­lenge que connaît très bien Sé­bas­tien Cauet, l’un des nou­veaux chro­ni­queurs de « Touche pas à mon poste » et ani­ma­teur de « C’Cauet » sur NRJ. En 2004, il a réa­li­sé son propre ma­ra­thon sur Fun Ra­dio en te­nant l’an­tenne du­rant 35 heures, jus­qu’à épui­se­ment. 20 Mi­nutes a re­cueilli ses conseils pour te­nir ce pa­ri. « C’est mar­rant comme je ne l’en­vie pas! », confie Cauet, mi­mo­queur, mi-com­pa­tis­sant, tout en re­con­nais­sant être de nou­veau ten­té par l’aven­ture. L’exer­cice est de taille, et ne s’ap­pa­rente en rien à une ba­nale nuit blanche fes­tive en pleine se­maine.

Sur­vivre à la nuit. Non, il ne s’agit pas d’un titre d’Her­bert Léo­nard (quoique…), mais de l’une des prin­ci­pales dif­fi­cul­tés que risque de ren­con­trer Cy­ril Ha­nou­na, se­lon Cauet. « Le plus dur, c’est de pas­ser la pre­mière nuit et le len­de­main ma­tin, et bien sûr de te­nir sur la lon­gueur. Il ne faut donc pas tout don­ner dès le dé­but », conseille-t-il. L’ani­ma­teur pointe des risques d’en­dor­mis­se­ment (« c’est la pre­mière fois de ma vie que je me suis en­dor­mi en par­lant », pré­cise-t-il), une fa­tigue phy­sique évi­dente (ne par­lons pas des cernes dis­gra­cieux), mais aus­si des risques

d’ex­tinc­tion de voix. Pres­crip­tion : miel pour la gorge et vi­ta­mines. Gar­der la tête sur les

épaules. Autre dif­fi­cul­té poin­tée du doigt par Cauet : perdre de vue la pré­sence des ca­mé­ras. « Au bout d’un mo­ment, on ou­blie un peu qu’on est à l’an­tenne et du coup on peut faire moins at­ten­tion à ce que l’on dit et ce que l’on fait… Mais il faut être vi­gi­lant, car on a quand même une cer­taine res­pon­sa­bi­li­té », ex­plique-t-il. Ne pas perdre les pé­dales donc, et ne pas ra­con­ter n’im­porte quoi. Pres­crip­tion : rien, c’est dé­jà un dé­fi quo­ti­dien pour Ba­ba. VNe pas trop man­ger, ne pas trop bou­ger. Pour te­nir le rythme, Cauet re­com­mande de ne pas trop man­ger à la can­tine pour évi­ter le coup de barre de di­ges­tion qui « fra­casse », mais aus­si de ne pas trop dé­pen­ser de l’éner­gie in­uti­le­ment. L’ani­ma­teur se sou­vient no­tam­ment de tra­jets en voi­ture et d’une sor­tie en dis­co­thèque du­rant son ma­ra­thon qui lui avaient été presque fa­tals. Pres­crip­tion : man­ger lé­ger et ar­rê­ter les bou­lettes.

Gé­rer l’après. En­fin, der­nière re­com­man­da­tion, mais non la moindre, son­ger à la vie après les 35 heures. « Ça m’a fou­tu en l’air pen­dant un mois, avoue Cauet. Pen­dant des se­maines, j’avais l’im­pres­sion que je vi­vais un live per­ma­nent. » Mais pour­quoi pas, tiens! Pres­crip­tion : et si après ces 35 heures, Cy­ril Ha­nou­na lan­çait sa propre té­lé­réa­li­té ?

La fa­tigue risque de ga­gner l’ani­ma­teur pen­dant son ma­ra­thon.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.