Ro­bert Mé­nard ob­tient son ré­fé­ren­dum sur les mi­grants

20 Minutes (Toulouse) - - ACTUALITÉ - A Mont­pel­lier, Ni­co­las Bon­zom

Adop­tée dans la confu­sion gé­né­rale. Mar­di, les élus de Bé­ziers (Hé­rault) ont ac­cep­té que la ques­tion « Ap­prou­vez-vous l’ins­tal­la­tion de nou­veaux mi­grants, im­po­sée par l’Etat, sans consul­ta­tion du conseil mu­ni­ci­pal? » soit po­sée aux Bi­ter­rois en jan­vier. Une ques­tion pi­lo­tée par Ro­bert Mé­nard en écho au pas­sage de 50 à 90 places du centre d’ac­cueil des de­man­deurs de la ville. Si ce ré­fé­ren­dum pour­rait ne ja­mais avoir lieu, le pré­fet de l’Hé­rault par­lant de dé­po­ser un re­cours de­vant le tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif, il fait dé­bat par­mi les ha­bi­tants. « Ce n’est pas une ques­tion de ra­cisme, mais re­gar­dez ! », confie un res­tau­ra­teur en mon­trant les ter­rasses vides. « Il y au­rait du bou­lot, pour­quoi pas. Ces pauvres gens, ils vont res­ter dans les rues… » At­ta­blé à un bar, An­dré est clair : « C’est nor­mal de don­ner la pa­role aux Bi­ter­rois, c’est eux qui vont de­voir sup­por­ter cette si­tua­tion! L’ar­ri­vée des mi­grants, c’est source de pro­blèmes fu­turs. Le pro­blème prin­ci­pal, c’est le chan­ge­ment de ci­vi­li­sa­tion qui se pro­file. » « La ques­tion de Ro­bert Mé­nard ar­rive à la suite de po­lé­miques ra­cistes. Mais bon, c’est le ni­veau du FN. On connaît… », glisse un quin­qua­gé­naire tan­dis qu’un homme conclut : « C’est la tra­di­tion de la France d’ac­cueillir ceux qui souffrent. C’est notre fier­té, ça doit le res­ter. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.