Vers un pro­cès en ré­vi­sion?

20 Minutes (Toulouse) - - Actualité -

Même si, à l’is­sue de l’ex­per­tise, la com­pa­rai­son des traces ren­voie tou­jours au même in­di­vi­du, ce­la n’en fait pas, pour au­tant, l’as­sas­sin de Ghis­laine Mar­chal. « Cette af­faire re­monte à plus de vingt ans, in­di­quait, le 10 oc­tobre à 20 Mi­nutes, Jean-Mi­chel Prêtre, le pro­cu­reur de Nice (Alpes-Ma­ri­times) char­gé de l’en­quête. Les pièces à convic­tion ont été ma­ni­pu­lées par de nom­breuses per­sonnes. Elles ont même été ex­po­sées du­rant le pro­cès… » Re­con­tac­té par 20 Mi­nutes, Jean-Mi­chel Prêtre a re­fu­sé de don­ner des pré­ci­sions sur l’iden­ti­té de la per­sonne iden­ti­fiée sur le Fnaeg et même sur son pro­fil avant que la cor­res­pon­dance ne soit « dé­fi­ni­ti­ve­ment » éta­blie. « Cette in­for­ma­tion conforte ma po­si­tion de­puis le dé­part, in­dique l’avo­cate d’Omar Rad­dad, Syl­vie Noa­cho­vitch. J’at­tends le ré­sul­tat dé­fi­ni­tif pour que, en­fin, cette af­faire puisse faire l’ob­jet d’un pro­cès en ré­vi­sion. Ce­la fait 25 ans que mon client at­tend d’être re­con­nu in­no­cent. » Condam­né en 1994 à dix-huit ans de pri­son pour « meurtre » avant d’être gra­cié par­tiel­le­ment en 1996 par Jacques Chi­rac, Omar Rad­dad, le « pe­tit jar­di­nier ma­ro­cain », reste cou­pable aux yeux de la jus­tice. S’ap­puyant sur la loi du 20 juin 2014 qui as­sou­plit les cri­tères pour ob­te­nir la ré­vi­sion d’un pro­cès pé­nal, son avo­cate avait ob­te­nu de nou­velles ex­per­tises ADN pour ten­ter de faire éta­blir l’in­no­cence de son client. « Je ne re­grette pas de m’être bat­tue pour exi­ger la ré­ou­ver­ture du dos­sier », a-t-elle lâ­ché jeu­di. Vingt­cinq ans après, l’en­quête sur le meurtre de Ghis­laine Mar­chal ne fait peut-être que (re)com­men­cer...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.