Gare au gâ­chis

A l’image de la gare TGV de Mo­gère dans l’Hé­rault, de grands pro­jets de tran­sport, ju­gés su­bi­te­ment in­utiles ou coû­teux, se re­trouvent dans l’im­passe.

20 Minutes (Toulouse) - - GRAND TOULOUSE - A Mont­pel­lier, Ni­co­las Bon­zom

Vingt ans après la mise en ser­vice de la gare TGV de Hau­tePi­car­die, dans la Somme, va-ton vers une nou­velle « gare des bet­te­raves » à Mont­pel­lier ? Le pro­jet de la gare de la Mo­gère, deuxième gare TGV de la ville, qui croule sous les re­cours en jus­tice, semble en prendre le che­min.

« La ri­sée de l’Eu­rope »

De­puis de longs mois, tan­dis que les grues et les trac­to­pelles s’ac­tivent sur le chan­tier, ses op­po­sants ne cessent de dé­non­cer un pro­jet coû­teux (135 mil­lions d’eu­ros), construit en zone inon­dable et, sur­tout, « in­utile ». Un « scan­dale » qui a pris tout son sens après une réunion qui s’est dé­rou­lée mer­cre­di, en pré­fec­ture : la SNCF, dont la fi­liale SNCF Ré­seau doit ver­ser, comme l’État, 45 mil­lions d’eu­ros dans le pro­jet, a an­non­cé que seuls quatre trains de voya­geurs y pas­se­raient quo­ti­dien­ne­ment, lors de son inau­gu­ra­tion pro­gram­mée au prin­temps 2018. De quoi être « la ri­sée de l’Eu­rope en­tière », se déses­père Ch­ris­tian Du­praz (EELV), conseiller ré­gio­nal dé­lé­gué aux états gé­né­raux du rail. Seul le pro­jet de nou­velle gare TGV à Man­duel, près de Nîmes, connec­tée à celle de Mont­pel­lier, pour­rait gé­né­rer da­van­tage de tra­fic. Mais, même si le per­mis de construire a été dé­po­sé, au­cun TGV ne pas­se­ra dans cette pe­tite ville du Gard avant de longues an­nées. « Si l’hy­po­thé­tique et in­utile gare de Man­duel voyait le jour, seuls 20 trains par jour s’ar­rê­te­raient à la Mo­gère », re­prend Ch­ris­tian Du­praz, qui ne consent l’uti­li­té d’une gare qu’à par­tir « d’au moins 50 trains ». C’en est trop pour Ca­role Del­ga (PS), pré­si­dente de la nou­velle grande ré­gion Oc­ci­ta­nie, fi­nan­ceur à hau­teur de 32 mil­lions d’eu­ros, qui a don­né l’ordre de sus­pendre ses paie­ments. « Une gare nou­velle ne se jus­ti­fie que si elle est utile et ac­ces­sible au plus grand nombre. C’est une ques­tion de bon sens et de bonne ges­tion de l’ar­gent des contri­buables. A ce jour, le compte n’y est pas. » Phi­lippe Sau­rel (divers gauche), maire et pré­sident de la mé­tro­pole de Mont­pel­lier, qui s’est en­ga­gé à hau­teur de 11 mil­lions d’eu­ros, n’a pas sou­hai­té s’ex­pri­mer. Pour les op­po­sants au pro­jet, cette gare « a été faite pour cau­tion­ner l’en­semble im­mo­bi­lier pré­vu au­tour », dé­nonce la conseillèr­e ré­gio­nale Mu­riel Res­si­guier (FG), en l’oc­cur­rence un quar­tier d’af­faires. Au­jourd’hui, la struc­ture de la gare est presque ter­mi­née, il ne manque que les amé­na­ge­ments in­té­rieurs et ex­té­rieurs. En­vi­ron la moi­tié des 135 mil­lions d’eu­ros d’ar­gent pu­blic au­raient été dé­pen­sés. Si la gare n’ou­vrait pas ses portes, les éco­lo­gistes pro­posent d’en faire une pla­te­forme de fret, ou une an­nexe du fu­tur mu­sée d’art contem­po­rain de Mont­pel­lier. Sol­li­ci­tés jeu­di, ni la SNCF ni l’Etat n’ont sou­hai­té com­mu­ni­quer.

La fu­ture gare TGV de Mo­gère (Hé­rault), le 27 oc­tobre.

La struc­ture doit être inau­gu­rée au prin­temps 2018, si le pro­jet abou­tit.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.