Har­ce­lé à l’école, Jo­na­than Des­tin se ra­conte

« Le Jour où j’ai brû­lé mon coeur », dif­fu­sé ce lun­di à 21 h sur TF1, ra­conte l’his­toire vraie de Jo­na­than Des­tin, vic­time de har­cè­le­ment

20 Minutes (Toulouse) - - LA UNE - Del­phine Ban­caud

Lorsque l’on ren­contre Jo­na­than Des­tin, im­pos­sible de ne pas être bou­le­ver­sé. A 23 ans, le jeune homme pos­sède une ma­tu­ri­té im­pres­sion­nante. Har­ce­lé à l’école pen­dant six ans, il a ten­té de se sui­ci­der en s’im­mo­lant par le feu à l’âge de 16 ans. Son his­toire fait l’ob­jet d’un té­lé­film, « Le Jour où j’ai brû­lé mon coeur », dif­fu­sé ce lun­di à 21 h, sur TF1.

Plus de six ans après le drame, sa san­té est en­core fra­gile. Mais pas de quoi af­fai­blir son en­vie de ra­con­ter son his­toire. « Par­ler, c’est ma thé­ra­pie », af­firme-t-il, avant de re­prendre le fil de son ré­cit. « J’ai été har­ce­lé de mes 10 à mes 16 ans. En CM2, c’étaient des pe­tites in­sultes, mais en sixième, elles sont de­ve­nues plus mé­chantes. Des élèves se met­taient en cercle au­tour de moi et me rouaient de coups, sous les ap­plau­dis­se­ments. A ces agres­sions s’est ajou­té le ra­cket au ly­cée. »

« Je n’éprouve pas de haine »

Jo­na­than a re­dou­blé sa cin­quième, a été ins­crit dans un col­lège pri­vé, mais le har­cè­le­ment a per­du­ré. « Quand j’ar­ri­vais chez moi le soir après la classe, je m’en­fer­mais dans ma chambre pour pleu­rer, pour­suit le jeune homme. Je pen­sais à me foutre en l’air. » Une idée noire qu’il a exé­cu­tée en 2011 en s’as­per­geant d’es­sence avant d’al­lu­mer un bri­quet. « Lorsque j’ai vu les flammes et res­sen­ti la dou­leur, j’ai re­gret­té ins­tan­ta­né­ment mon geste, confie-t-il. J’ai pen­sé à ma fa­mille et je me suis je­té à l’eau, mais j’étais en train de me noyer. » Sau­vé par un pas­sant, Jo­na­than est res­té un an et de­mi à l’hô­pi­tal. « C’était comme une re­nais­sance. J’ai ré­ap­pris à mar­cher, à boire, à man­ger grâce à l’aide des in­fir­miers, des mé­de­cins et de ma fa­mille. » Jo­na­than es­père que la dif­fu­sion du té­lé­film tou­che­ra ses an­ciens har­ce­leurs. « Ce se­rait très fort si l’un d’eux me re­con­tac­tait, dé­clare-t-il. Je n’éprouve pas de haine à leur en­contre. » Au­jourd’hui, il compte pour­suivre son as­cen­sion vers une vie meilleure. « Je m’ap­prête à faire une re­mise à ni­veau pour m’ins­crire dans une for­ma­tion en in­for­ma­tique », an­nonce-t-il. Jo­na­than est aus­si re­mon­té à vé­lo ré­cem­ment : « Chaque jour, j’avance », sou­ligne-t-il en sou­riant.

Jo­na­than Des­tin a ten­té de se sui­ci­der en s’im­mo­lant par le feu à 16 ans.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.