Ils trans­forment les dé­chets en or noir

Les Al­chi­mistes Oc­ci­ter­ra col­lectent de­puis deux mois les bio­dé­chets de res­tau­ra­teurs tou­lou­sains pour les trans­for­mer en com­post

20 Minutes (Toulouse) - - GRAND TOULOUSE - Béa­trice Co­lin

De­puis deux mois, Ma­thieu The­rial et Va­len­tin Miz­zi sillonnent les rues de la Ville rose sur leur vé­lo élec­trique. Dans leur re­morque, les fon­da­teurs des Al­chi­mistes Oc­ci­ter­ra trans­portent tous les jours dans des contai­ners les éplu­chures de fruits de lé­gumes de plu­sieurs res­tau­ra­teurs tou­lou­sains.

Des bio­dé­chets qu’ils trans­forment en­suite en com­post sur un ter­rain qu’ils oc­cupent à Bel­le­fon­taine. « Pour l’ins­tant nous avons une pla­te­forme de com­pos­tage en bac et il faut quatre mois pour que ces matières or­ga­niques se trans­forment en com­post. D’ici l’été pro­chain, nous au­rons un com­pos­teur élec­tro­mé­ca­nique qui nous per­met­tra de ré­duire ce temps à dix jours et de pro­duire un com­post nor­mé, qui pour­ra être ven­du » , ex­plique Ma­thieu The­rial dont l’as­so­cia­tion va lan­cer une le­vée de fonds.

« Li­mi­ter les dé­chets »

Pour l’ins­tant, leur su­per ter­reau made in Tou­louse est uti­li­sé sur leur ter­rain pour dé­ve­lop­per de l’agri­cul­ture ur­baine. A terme, ils es­pèrent im­plan­ter de nou­veaux sites de com­pos­tage au nord et à l’est de Tou­louse. Leur ob­jec­tif n’est en ef­fet pas de par­cou­rir des di­zaines de ki­lo­mètres pour al­ler cher­cher de la ma­tière pre­mière mais bien de col­lec­ter dans un rayon de 5 km. Au­jourd’hui, 35 clients ont dé­ci­dé de leur faire confiance. Par­mi eux, cer­tains ont sauté le pas dans le cadre d’une opé­ra­tion de col­lecte mise en place par la ré­gion Oc­ci­ta­nie. Celle-ci est or­ga­ni­sée à l’oc­ca­sion du sa­lon Ren­contres gus­ta­tives agri­coles et lu­diques (REGAL) qui se tien­dra du 13 au 16 dé­cembre au Parc des ex­po­si­tions. Par­mi ces res­tau­ra­teurs, on trouve Va­lé­rie Pas­quier. « Nous sommes en­ga­gés dans l’idée de li­mi­ter le gas­pillage. C’est un in­ves­tis­se­ment mais ce­la va de pair avec nos pra­tiques. Pour la vente à em­por­ter, nous in­vi­tons les gens à ve­nir avec leurs propres conte­nants, ça per­met de li­mi­ter les dé­chets », ex­plique la fon­da­trice de Ro­quette et Ju­lienne, un res­tau­rant vé­gé­ta­rien aux Pra­dettes. Les Al­chi­mistes lui ont per­mis de ré­duire de moi­tié le vo­lume de sa pou­belle pour un ser­vice fac­tu­ré en­vi­ron 80 € par mois.

Les bio­dé­chets sont col­lec­tés par Ma­thieu et Va­len­tin à vé­lo élec­trique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.