« Aux Fran­çais de s’em­pa­rer du dé­bat »

« Gi­lets jaunes », consul­ta­tion na­tio­nale, ré­formes... Le porte-pa­role du gou­ver­ne­ment, Ben­ja­min Gri­veaux, dé­taille, en ex­clu­si­vi­té pour « 20 Mi­nutes », les dos­siers chauds de ce dé­but d’an­née.

20 Minutes (Toulouse) - - GRAND TOULOUSE - Pro­pos re­cueillis par Laure Co­met­ti et Thi­baut Le Gal

Après une fin d’an­née com­pli­quée, le gou­ver­ne­ment at­taque 2019 avec un ca­len­drier de ré­formes char­gé et un dé­bat na­tio­nal à or­ga­ni­ser. Ben­ja­min Gri­veaux, le porte-pa­role du gou­ver­ne­ment, s’est confié à 20 Mi­nutes.

Que s’est-il pas­sé dans votre mi­nis­tère sa­me­di après-mi­di ?

Des in­di­vi­dus, cer­tains por­tant un gi­let jaune, d’autres ha­billés en noir et en­ca­gou­lés, se sont pré­sen­tés de­vant le mi­nis­tère alors que j’y tra­vaillais. Ils ont frap­pé sur la porte, puis ont uti­li­sé un en­gin de chan­tier pour la dé­fon­cer, fran­chir la grille et pé­né­trer dans la cour, où ils ont sac­ca­gé des vé­hi­cules et cas­sé des fe­nêtres avec des barres de fer. Mes équipes et moi avons été mis en sé­cu­ri­té.

Un cap a-t-il été fran­chi ?

S’at­ta­quer à un mi­nis­tère, c’est s’at­ta­quer dé­li­bé­ré­ment à ce que nous avons de plus pré­cieux, notre Ré­pu­blique et nos va­leurs dé­mo­cra­tiques. Ce mi­nis­tère, c’est la mai­son de tous les Fran­çais. Ce geste in­ac­cep­table ne doit pas res­ter im­pu­ni.

Après les an­nonces du gou­ver­ne­ment fin dé­cembre, com­pre­nez-vous que

les mo­bi­li­sa­tions se pour­suivent ?

Il y avait une pre­mière de­mande très forte, qui était d’an­nu­ler la hausse de la taxe sur le car­bu­rant. Ce qui a été fait, sans sup­pres­sion des com­pen­sa­tions qui al­laient avec, l’in­dem­ni­té ki­lo­mé­trique, le chèque éner­gie. En­suite, on a mis des moyens pour ac­com­pa­gner la tran­si­tion éco­lo­gique et amé­lio­rer le pou­voir d’achat. Mal­gré ces ré­ponses fortes, cer­tains lea­ders des « gi­lets jaunes » disent qu’ils ne veulent pas par­ti­ci­per au grand dé­bat. Ce sont des ra­di­ca­li­sés po­li­tiques qui ne sont pas, je le crois, re­pré­sen­ta­tifs des « gi­lets jaunes » que j’ai pu ren­con­trer.

Etes-vous fa­vo­rable au ré­fé­ren­dum d’ini­tia­tive ci­toyenne (RIC), ré­cla­mé par de nom­breux « gi­lets jaunes » ?

Si le RIC, c’est un ré­fé­ren­dum tous les quinze jours sur tous les su­jets, ce n’est pas pos­sible. La force de la Ve Ré­pu­blique, c’est sa sta­bi­li­té. On ne peut pas re­mettre en cause en per­ma­nence ce qui a été fait six mois au­pa­ra­vant. Cer­taines po­li­tiques pu­bliques mettent du temps à pro­duire leurs ef­fets. Estce qu’on re­jette pour au­tant le RIC ? Non. Mais il faut des garde-fous, car un ré­fé­ren­dum doit re­cher­cher l’in­té­rêt gé­né­ral, et non être la voix des in­té­rêts par­ti­cu­liers ou des lob­bies. Je ne veux pas de RIC sur la peine de mort, l’IVG ou le ma­riage pour tous. Mais il y a des su­jets sur les­quels il faut trou­ver un moyen d’as­so­cier les Fran­çais plus ac­ti­ve­ment.

Com­ment al­lez-vous faire pour mo­bi­li­ser les Fran­çais et convaincre ceux qui pensent que ce grand dé­bat n’est qu’une opé­ra­tion de com ?

Les mi­nistres ne mo­no­po­li­se­ront pas la pa­role. Les Fran­çais doivent se re­trous­ser les manches avec le gou­ver­ne­ment et les en­tre­prises. On leur pro­pose un grand dé­bat, à eux de s’en em­pa­rer, il faut qu’ils viennent nom­breux. Ce dé­bat n’est pas le mo­no­pole de ceux qui ont en­fi­lé un gi­let jaune, c’est le dé­bat de tous les Fran­çais. Il ne doit pas être un grand dé­bal­lage. Si­non, les gens vont s’y perdre et il n’en sor­ti­ra pas de me­sures concrètes.

« On ne re­jette pas le RIC. Mais il faut des garde-fous, car un ré­fé­ren­dum vise l’in­té­rêt gé­né­ral. »

Dans ce contexte de crise, pour­rez-vous conti­nuer à ré­for­mer ?

On at­ten­dra la fin du grand dé­bat pour dis­cu­ter de la ré­forme consti­tu­tion­nelle. En re­vanche, nous al­lons ré­for­mer comme pré­vu la fonc­tion pu­blique, l’as­su­rance chô­mage, les re­traites…

A nos lec­teurs. Chaque mardi, re­trou­vez « 20 Mi­nutes » en ver­sion PDF sur le site et les ap­pli­ca­tions mo­biles. Et sui­vez l’ac­tua­li­té sur l’en­semble de nos sup­ports nu­mé­riques.

Des « gi­lets jaunes » ont vio­lem­ment pé­né­tré dans son mi­nis­tère sa­me­di.

Le porte-pa­role du gou­ver­ne­ment, Ben­ja­min Gri­veaux, le 5 dé­cembre à l’Ely­sée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.