Un gen­darme qui a bles­sé une za­diste écope d’un sur­sis

Un gen­darme, qui avait bles­sé une op­po­sante au bar­rage, écope d’une peine de six mois avec sur­sis

20 Minutes (Toulouse) - - ACTUALITÉ - Béa­trice Co­lin

Le 7 oc­tobre 2014, trois se­maines avant la mort de Re­mi Fraisse, une op­po­sante au bar­rage de Si­vens (Tarn) était gra­ve­ment bles­sée à la main par une gre­nade de désen­cer­cle­ment (DBD). Mar­di, un gen­darme de 49 ans était ju­gé par le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Tou­louse pour « vio­lences vo­lon­taires avec arme par per­sonne dé­po- si­taire de l’au­to­ri­té pu­blique ». Il a été condam­né à 6 mois de pri­son avec sur­sis et une in­ter­dic­tion de dé­te­nir une arme du­rant la même du­rée. Le jour des faits, la plai­gnante s’était ré­fu­giée dans la ca­ra­vane avec d’autres mi­li­tants. Le gen­darme, mis­sion­né « pour gar­der le ter­rain », leur avait de­man­dé de sor­tir avant de je­ter la gre­nade. Elle avait at­ter­ri sur le plan­cher de la ca­ra­vane. Une scène fil­mée par l’un des oc­cu­pants. « Il l’a je­tée à l’in­té­rieur, heu­reu­se­ment je ne l’ai pas sai­sie si­non je n’au­rais plus de main. Mais le choc a été puis­sant », ra­conte la jeune femme qui a sou­hai­té gar­der l’ano­ny­mat. « Je n’ai ja­mais vou­lu la bles­ser, je le re­grette » a af­fir­mé le ma­ré­chal des lo­gis, as­su­rant qu’il n’avait pas vi­sé l’in­té­rieur.

« Vous êtes- vous sen­tis dans une si­tua­tion de dan­ger jus­ti­fiant l’usage de la gre­nade ? », l’a in­ter­ro­gé Jé­rôme Gla­va­ny, le pré­sident du tri­bu­nal. « J’étais sur le qui-vive mais je n’étais pas en dan­ger. Avec du re­cul, j’ai eu une mau­vaise ana­lyse de la si­tua­tion. J’ai com­mis une er­reur », a-t-il re­con­nu. Une faute dé­jà poin­tée par un rap­port de l’ins­pec­tion gé­né­rale de la gen­dar­me­rie na­tio­nale.

Et c’est ce qu’a re­le­vé l’avo­cate de la plai­gnante. « Il s’agit de faire re­con-

naître sa faute mais aus­si que l’usage de cette arme n’est pas nor­male. Elle doit être uti­li­sée dans condi­tions très par­ti­cu­lières, elle est très dan­ge­reuse et peut mu­ti­ler », a rap­pe­lé Claire Du­jar­din, alors que l’uti­li­sa­tion de ces gre­nades font dé­bat dans le cadre du mou­ve­ment des « gi­lets jaunes ». Un cadre ré­gle­men­taire re­pris par le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique pour qui le gen­darme « a com­mis un acte de vio­lence ». « Vous avez vo­lon­tai­re­ment fait usage d’une arme, ce n’est pas à l’in­su de votre plein gré », a lan­cé Pierre Cout­te­nier. Un ju­ge­ment « sé­vère » pour Alexandre Mar­tin, l’avo­cat du gen­darme, qui es­time que son client « paye pour tous les évé­ne­ments de Si­vens ».

« J’ai eu une mau­vaise ana­lyse de la si­tua­tion. J’ai com­mis une er­reur », Le gen­darme à l’au­dience

Gen­darmes et op­po­sants sur le site de Si­vens en sep­tembre 2014/

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.