« Une dy­na­mique de rap­pro­che­ment »

La France af­fronte l’équipe de Co­rée uni­fiée ce lun­di. Le cher­cheur An­toine Bon­daz évoque l’évo­lu­tion de cette équipe de­puis un an

20 Minutes (Toulouse) - - SPORTS | VOTRE SOIRÉE TÉLÉ - Pro­pos re­cueillis par William Pe­rei­ra

C’était le 9 fé­vrier 2018. Les deux Co­rées dé­fi­laient sous ban­nière uni­fiée en ou­ver­ture des JO de Pyeongc­hang. Un an après, le dra­peau blanc frap­pé d’une pé­nin­sule co­réenne bleue flotte en Al­le­magne et au Da­ne­mark, où se dis­putent les Mon­diaux de hand. Avant que l’équipe uni­fiée de Co­rée af­fronte la France, ce lun­di, An­toine Bon­daz, cher­cheur à la Fon­da­tion pour la re­cherche stra­té­gique, ex­plique l’im­por­tance du sport dans l’avan­cée des re­la­tions entre les deux pays.

Un an après les JO, quel est le bi­lan de cette ban­nière uni­fiée ?

Les Jeux ont lais­sé un sen­ti­ment très po­si­tif. La vo­lon­té com­mune d’avoir une équipe a ser­vi de point de dé­part à la dy­na­mique ac­tuelle de rap­pro­che­ment. Le seul bé­mol, c’est qu’à Séoul on n’a pas trop ap­pré­cié que l’in­té- gra­tion des joueuses du Nord dans cer­taines équipes de Co­rée uni­fiée soit faite au dé­tri­ment de joueuses du Sud.

Cette équipe de handball n’est pas la pre­mière ex­pé­rience de­puis celle de ho­ckey sur glace aux JO…

Il y a beau­coup d’autres exemples d’équipes de Co­rée uni­fiée, comme lors des Jeux asia­tiques en In­do­né­sie. Il y a aus­si des matchs entre les deux équipes, voire des équipes mixtes à Séoul ou à Pyon­gyang.

Des équipes mixtes ?

Des équipes où des joueurs mé­lan­gés des deux Co­rées s’af­frontent. Ré­cem- ment, il y a eu ain­si un « paix » contre « pros­pé­ri­té » au bas­ket. Ces matchs in­ter­co­réens par­ti­cipent à cette mise en scène de la ré­con­ci­lia­tion. Ce qui est im­por­tant, à court terme, c’est que, pour les JO 2020 à To­kyo, la re­la­tion entre les deux pays soit op­ti­male et qu’ils réus­sissent à bâ­tir une équipe ca­pable de battre le Ja­pon dans un sport. Si une équipe de Co­rée uni­fiée bat le Ja­pon [qui avait co­lo­ni­sé la pé­nin­sule au XXe siècle] le suc­cès se­ra re­ten­tis­sant en Co­rée, du point de vue de l’image.

Pour­quoi a-t-on vu plus d’équipes fé­mi­nines réuni­fiées ?

Tout sim­ple­ment parce qu’il y a moins d’en­jeux dans ces équipes. Il ne faut pas ou­blier que ce sont des so­cié­tés très ma­chistes, donc ils doivent consi­dé­rer que c’est plus fa­cile de faire jouer en­semble des joueuses.

Quelle est la li­mite de la di­plo­ma­tie spor­tive en Co­rée ?

Si l’opi­nion po­li­tique se re­tourne, si le gou­ver­ne­ment change, la di­plo­ma­tie spor­tive pour­rait ces­ser. Il y a cette idée que, comme le pro­ces­sus de rap­pro­che­ment spor­tif a été en­clen­ché, on ne peut plus re­ve­nir en ar­rière. C’est faux. La pre­mière équipe uni­fiée date d’un Mon­dial de foot chez les jeunes en 1991. On connaît la suite.

« Si une équipe de Co­rée uni­fiée bat le Ja­pon, le suc­cès se­ra re­ten­tis­sant. »

L’équipe uni­fiée de Co­rée est pré­sente au cham­pion­nat du monde de hand.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.