« Ces at­taques vont blo­quer la re­cons­truc­tion du pays », ana­lyse le spé­cia­liste JeanVincen­t Bris­set

Pour le spé­cia­liste Jean-Vincent Bris­set, les at­ten­tats me­nacent le re­nou­veau de l’île

20 Minutes (Toulouse) - - LA UNE - Pro­pos re­cueillis par Thi­baut Che­vil­lard

Plus les heures passent, plus le bi­lan s’alour­dit. Au moins 290 per­sonnes, dont 1 Fran­çais, ont été tuées di­manche dans une vague d’at­ten­tats-sui­cides qui a frap­pé au Sri Lanka des hô­tels de luxe et des églises cé­lé­brant Pâques. Pour l’heure, ces at­taques n’ont pas été re­ven­di­quées, mais le gou­ver­ne­ment a mis en cause un mou­ve­ment is­la­miste lo­cal, le Na­tio­nal Thow­heeth Ja­ma’ath. Pour Jean- Vincent Bris­set, di­rec­teur de re­cherche à l’Ins­ti­tut de re­la­tions in­ter­na­tio­nales et stra­té­giques, ces at­taques pour­raient mettre à mal la re­cons­truc­tion du pays com­men­cée à la fin de la guerre ci­vile.

Com­ment ana­ly­ser ce qui s’est pas­sé au Sri Lanka ?

Pour le mo­ment, c’est un peu dif­fi­cile à ana­ly­ser tant qu’on ne sait pas avec cer­ti­tude qui est res­pon­sable des at­ten­tats. Le gou­ver­ne­ment sri-lan­kais a an­non­cé que c’était un groupe mu­sul­man ex­tré­miste qui se­rait res­pon­sable. Mais on com­prend mal pour­quoi des mu­sul­mans se se­raient at­ta­qués à une autre mi­no­ri­té, les ca­tho­liques. En­suite, il faut es­sayer de com­prendre pour­quoi ce­la ne se­rait pas [plu­tôt] quelque chose di­ri­gé contre les Oc­ci­den­taux en gé­né­ral. Les églises de Co­lom­bo et Ne­gom­bo al­laient cer­tai­ne­ment ac­cueillir des tou­ristes. Mais il est moins lo­gique, dans cette op­tique, d’avoir vi­sé l’église de Bat­ti­ca­loa [plus iso­lée]. Et il faut no­ter que les der­nières exac­tions qui ont eu lieu au Sri Lanka étaient le fait de boud­dhistes ex­tré­mistes.

Com­ment se passe la co­ha­bi­ta­tion entre les dif­fé­rentes com­mu­nau­tés re­li­gieuses du pays ?

Il y a des zones dans le pays. Les mi­no­ri­tés sont ma­jo­ri­taires dans cer­taines zones du pays : dans le Nord et le Nord-Est, il y a une ma­jo­ri­té hin­douiste ta­moule, dans l’Est, vers Trin­que­ma­lay et Bat­ti­ca­loa, il y a beau­coup de mu­sul­mans. A Kan­dy (centre de l’île), à Galle ou à Mi­ris­sa (sud), on ne voit pas de sé­pa­ra­tion entre les boud­dhistes et les chré­tiens, qui sont les plus ré­pan­dus dans cette zone.

Quelles peuvent être les consé­quences de ces at­ten­tats sur le pays ?

La guerre ci­vile op­po­sait les Ta­mouls aux Cin­ga­lais [eth­nie ma­jo­ri­taire], alors que ces at­taques au­raient été com­mises par des mu­sul­mans contre des ca­tho­liques. Ce conflit qui a du­ré jus­qu’en 2009 était par­ti­cu­liè­re­ment atroce. Il y avait une bar­ba­rie qu’on n’a sans doute pas re­trou­vée ailleurs. Tout ça a lais­sé des traces. Le Sri Lanka a vou­lu en­suite lan­cer sa re­cons­truc­tion en la ba­sant en grande par­tie sur le tou­risme. Ce­la avait plu­tôt bien dé­mar­ré et le pays était apte à ac­cueillir beau­coup de vi­si­teurs. Ce genre d’at­taques va blo­quer cette re­cons­truc­tion. Des Chi­nois ont par exemple été tués lors de ces at­ten­tats, or la Chine mise beau­coup – peut-être même plus que l’Inde – sur le Sri Lanka.

JEV# L’église Saint-Sé­bas­tien, à Ne­gom­bo, est l’un des édi­fices re­li­gieux qui a été vi­sé par les ter­ro­ristes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.