Loi­seau confesse son « er­reur »

20 Minutes (Toulouse) - - ACTUALITÉ -

« Une vraie conne­rie » : à un mois des élec­tions eu­ro­péennes, la tête de liste LREM, Na­tha­lie Loi­seau, qui fait cam­pagne pour la lutte contre le po­pu­lisme, a ten­té mardi d’éteindre l’in­cen­die pro­vo­qué par la ré­vé­la­tion de sa pré­sence sur une liste d’ex­trême droite à Sciences po en 1984. L’étin­celle est par­tie d’un ar­ticle de Me­dia­part mis en ligne lun­di, se­lon le­quel Na­tha­lie Loi­seau ap­pa­rais­sait cette an­née-là pour des élec­tions dans la grande école pa­ri­sienne sur la liste « com­mis­sion paritaire » de l’Union des étu­diants de droite (UED), syn­di­cat né des cendres du GUD (Groupe union dé­fense, syn­di­cat étu­diant d’ex­trême droite au­jourd’hui dis­sous).

Face à la volée de cri­tiques im­mé­diates de l’op­po­si­tion, l’an­cienne mi­nistre des Af­faires eu­ro­péennes, dont la liste se pré­sente pour le scru­tin eu­ro­péen du 26 mai à la tête du com­bat contre l’ex­trême droite, a dit « regrette(r) d’avoir été as­so­ciée à ces gens-là ». C’est « une vraie conne­rie », une « er­reur de jeu­nesse », a-telle es­ti­mé à Fran­cein­fo mardi ma­tin, en sou­li­gnant que « (son) com­bat en po­li­tique, ce­la a tou­jours été de com­battre l’ex­trême droite ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.