Cent-trente pays réunis à Pa­ris pour s’en­tendre au­tour d’un rap­port sur la bio­di­ver­si­té

La pla­te­forme Ipbes va ten­ter de faire adop­ter par 130 pays la pre­mière éva­lua­tion mon­diale réa­li­sée de­puis quinze ans

20 Minutes (Toulouse) - - LA UNE - Fa­brice Pou­li­quen

« La perte de bio­di­ver­si­té n’est pas seule­ment un pro­blème en­vi­ron­ne­men­tal, il est aus­si éco­no­mique, so­ciale, phi­lo­so­phique et éthique. » Ce constat a été dres­sé par le pré­sident de l’Ipbes, Sir Robert Wat­son, lun­di au siège de l’Unes­co à Pa­ris. C’est là que cette plate-forme scien­ti­fique in­ter­gou­ver­ne­men­tale, qui s’in­té­resse aux ques­tions de bio­di­ver­si­té (soit la di­ver­si­té des es­pèces vé­gé­tales et ani­males qui vivent sur Terre), tient cette se­maine, sa sep­tième as­sem­blée plé­nière. L’Ipbes ten­te­ra d’y faire adop­ter par 130 pays la pre­mière éva­lua­tion mon­diale de la bio­di­ver­si­té et des éco­sys­tèmes de­puis près de quinze ans.

Or, jus­qu’à pré­sent, cette éro­sion de la bio­di­ver­si­té peine à in­té­res­ser la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale. « Nous dé­pen­dons de cette di­ver­si­té du vi­vant pour tout ce qui nous consti­tue en tant que so­cié­té, a pour­tant as­su­ré Au­drey Azou­lay, di­rec­trice gé­né­rale de l’Unes­co, lun­di. Notre patrimoine cultu­rel, ma­té­riel et im­ma­té­riel est lié à cette bio­di­ver­si­té, tout comme le sont nos em­plois, notre nour­ri­ture, notre sé­cu­ri­té face aux ca­tas­trophes na­tu­relles. »

Un do­cu­ment de 1 800 pages

A quoi sert la bio­di­ver­si­té ? Pour­quoi faut-il l’uti­li­ser du­ra­ble­ment ? Pour­quoi est-elle aus­si fon­da­men­tale pour ré­soudre les ques­tions liées à la faim, à l’ac­cès à l’eau, à la san­té ou au cli­mat ? Le rap­port de l’Ipbes ten­te­ra, chiffres à l’ap­pui, de ré­pondre à ces ques­tions. Le do­cu­ment, fruit de trois ans de tra­vail et pré­pa­ré par des cen­taines de cher­cheurs, fait ac­tuel­le­ment 1 800 pages. Toute la se­maine, il fe­ra l’ob­jet de dis­cus­sions et de né­go­cia­tions avec les re­pré­sen­tants des 130 états membres de l’Ipbes et don­ne­ra lieu à un ré­su­mé, dé­voi­lé le 6 mai. Ce rap­port « dres­se­ra trois mes­sages clés, pré­cise Yunne-Jain Shin, cher­cheuse à l’Ins­ti­tut de re­cherche pour le dé­ve­lop­pe­ment à Mont­pel­lier, sol­li­ci­tée pour ce rap­port. D’une part, la bio­di­ver­si­té im­porte pour les so­cié­tés hu­maines. D’autre part, elle va très mal. Mais – et c’est le troi­sième mes­sage – on peut en­core agir. »

Reste à sa­voir si l’Ipbes arrivera à se faire en­tendre. « Il n’y au­ra pas d’engagement­s pris par les Etats cette se­maine », tem­père Yunne-Jain Shin. Tout l’en­jeu est donc de pré­pa­rer le ter­rain aux fu­turs ren­dez-vous in­ter­na­tio­naux.

Des en­fants d’une école de danse de Mont­pel­lier ont lan­cé la réu­nion de l’Ipbes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.