A l’aide!

Des mil­lions de Fran­çais as­sistent mal­gré les dif­fi­cul­tés un proche âgé, ma­lade ou han­di­ca­pé au quo­ti­dien. Un plan du gou­ver­ne­ment, pré­vu pour l’au­tomne, est vi­ve­ment at­ten­du pour les épau­ler.

20 Minutes (Toulouse) - - LA UNE - Pro­pos re­cueillis par Oi­ha­na Ga­briel

Onze mil­lions de Fran­çais font éco­no­mi­ser onze mil­liards d’eu­ros à l’etat… Voi­là des chiffres qu’on lit ra­re­ment quand on parle d’ai­dants fa­mi­liaux. C’est pour­tant par ce constat fort qu’hé­lène Ros­si­not, mé­de­cin de san­té pu­blique, com­mence son ou­vrage, Ai­dants, ces in­vi­sibles (les Edi­tions de l’ob­ser­va­toire), pour rap­pe­ler com­bien leur rôle est im­por­tant au­jourd’hui dans notre so­cié­té vieillis­sante. Elle livre son diag­nos­tic et ses pistes pour mieux les épau­ler. C’est quoi, un « ai­dant » ?

Un ai­dant prend soin bé­né­vo­le­ment et au quo­ti­dien d’un proche. Il peut y avoir der­rière la no­tion de ma­la­die, d’han­di­cap ou de vieillis­se­ment. La dé­fi­ni­tion est ex­trê­me­ment com­pli­quée : à par­tir de quand consi­dère-t-on que l’on de­vient ai­dant ? Ils se­raient au­tour de 11 mil­lions en 2019, mais, sou­vent, ils res­tent in­vi­sibles dans la so­cié­té… Il faut une connais­sance et une re­con­nais­sance des ai­dants par la so­cié­té pour qu’ils de­viennent des in­ter­lo­cu­teurs lé­gi­times et qu’ils soient ac­com­pa­gnés à chaque étape. On parle beau­coup de par­cours du pa­tient, mais j’ai­me­rais qu’on s’in­té­resse aus­si à un par­cours de l’ai­dant pour une prise en charge de A à Z et ne pas lais­ser un ai­dant per­du dans le la­by­rinthe social fran­çais. So­phie Clu­zel, se­cré­taire d’etat char­gée du Han­di­cap, doit an­non­cer à l’au­tomne un plan pour les ai­dants, qu’en at­ten­dez-vous ? J’es­père sur­tout qu’on ne se concen­tre­ra pas uni­que­ment sur les per­sonnes âgées et han­di­ca­pées, mais qu’on pro­po­se­ra un plan vé­ri­ta­ble­ment in­clu­sif. Il fau­drait une vé­ri­table prise en compte des jeunes ai­dants, les mi­neurs, sou­vent ou­bliés. On pour­rait, par exemple, pro­po­ser une for­ma­tion des en­sei­gnants à l’école, une bourse pour ces jeunes ai­dants, un tra­vail de dé­stig­ma­ti­sa­tion à l’école. Et, bien sûr, beau­coup at­tendent la créa­tion du congé proche ai­dant [an­non­cé par la mi­nistre de la San­té, Agnès Bu­zyn, cet été].

Que faut-il amé­lio­rer ?

D’abord, il faut une grande étude pour sa­voir qui sont les ai­dants au­jourd’hui en France. En­suite, le droit à la re­traite. Les mois où un ci­toyen s’ar­rête de tra­vailler pour prendre soin d’un proche doivent être comp­ta­bi­li­sés. En­fin, il y a une ques­tion de pré­ven­tion. Ce qui m’exas­père, c’est qu’on at­tend que les ai­dants tombent ma­lades pour les prendre en charge. Ce qui est sou­vent dra­ma­tique pour l’ai­dé.

A nos lec­teurs. Chaque mar­di, re­trou­vez «20 Mi­nutes» en ver­sion PDF sur le site et les applicatio­ns mo­biles. Et sui­vez toute l’ac­tua­li­té sur l’en­semble de nos sup­ports nu­mé­riques.

Avec le vieillis­se­ment, l’aug­men­ta­tion des ma­la­dies chro­niques, etc., de plus en plus de per­sonnes se­ront ai­dantes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.