Les ex-gé­rants du Cu­ba Libre, à Rouen, disent tout « as­su­mer »

20 Minutes (Toulouse) - - ACTUALITÉ -

« Je ré­pon­drai à toutes les ques­tions du tri­bu­nal.» Au pre­mier jour de leur pro­cès, les deux ex-gé­rants du bar rouen­nais Cu­ba Libre, où 14 per­sonnes ont pé­ri dans un in­cen­die il y a trois ans, ont as­su­ré de­vant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Rouen (Seine-ma­ri­time) qu’ils as­su­me­raient leurs man­que­ments à la sé­cu­ri­té. Re­cro­que­villés sur leurs chaises, le re­gard par­fois dans le vide, les pré­ve­nus, Nas­ser et Ami­rouche Bou­trif, deux frères de 48 et 40 ans, dont les ca­siers ju­di­ciaires sont vierges, en­courent cinq ans d’em­pri­son­ne­ment et 76 500 € d’amendes.

Dans la nuit du 5 au 6 août 2016, les vic­times fê­taient les 20 ans d’une jeune femme dans le sous-sol de 24,4 m2 de l’éta­blis­se­ment amé­na­gé sans autorisati­on en boîte de nuit, lorsque deux bou­gies du gâ­teau d’an­ni­ver­saire, des fon­taines à étin­celles, ont en­flam­mé le pla­fond d’un es­ca­lier étroit, bas et très pen­tu. «Je n’ai ja­mais pen­sé qu’un jour ça pren­drait feu», a dé­cla­ré Ami­rouche Bou­trif, qui avait re­pris la gé­rance du bar en 2015. « J’as­sume les choses qui ont été faites», a-t-il ajou­té. Prié de dire par l’un des avo­cats s’il dis­si­mu­lait l’uti­li­sa­tion du sous-sol, le pré­ve­nu a ré­pon­du : «Je ne le cache pas.» Ex­perts, pom­piers, po­li­ciers sont ap­pe­lés à ve­nir té­moi­gner au pro­cès, qui doit du­rer sept jours. «Tous di­ront clai­re­ment que cette cave, c’est un piège qui s’est re­fer­mé sur 14 mal­heu­reuses vic­times», avait dé­cla­ré avant le pro­cès Marc Fran­çois, avo­cat de la fa­mille d’une vic­time dé­cé­dée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.