Un ciel plus gris sur les All Blacks

Les doubles te­nants du titre ont lais­sé ap­pa­raître quelques failles

20 Minutes (Toulouse) - - COUPE DU MONDE DE RUGBY - Aymeric Le Gall

Les Néo-zé­lan­dais dé­boulent au Ja­pon avec une pe­tite idée der­rière la tête : réa­li­ser ce que le Bré­sil n’a ja­mais réus­si à faire en foot et de­ve­nir la pre­mière na­tion à ga­gner trois Coupes du monde de rang. Mais au vu de leur ré­cente forme, un doute per­siste. Alors, fau­til s’in­quié­ter pour les Blacks? Les cham­pions du monde sortent en ef­fet de la pe­tite sau­te­rie du Four Na­tions (tour­noi de l’hé­mi­sphère sud) avec une sé­vère gueule de bois, après avoir ter­mi­né à une in­com­pré­hen­sible troi­sième place der­rière l’afrique du Sud et l’aus­tra­lie, et de­vant l’ar­gen­tine. Outre une vic­toire étri­quée (2016) face aux Pu­mas et un nul (16-16) contre les Spring­boks, on re­tien­dra sur­tout la pei­gnée his­to­rique que leur ont pas­sée les Wal­la­bies (47-26) à Perth dé­but août.

«Je ne pense pas qu’il faille nour­rir de grosses in­quié­tudes pour les All Blacks, tem­père ce­pen­dant Fran­cis Del­té­ral, consul­tant sur Ca­nal+. Mais il est cer­tain que le fait d’avoir pris cette vo­lée his­to­rique contre l’aus­tra­lie est au bas mot éton­nant. Les res­pon­sables ont dû sé­rieu­se­ment se pen­cher là-des­sus. Mais c’est une équipe qui reste quand même bien ro­dée, avec des joueurs de qua­li­té qui ont beau­coup d’ex­pé­rience. » La prin­ci­pale dif­fi­cul­té pour­rait être d’ordre psy­cho­lo­gique pour les doubles te­nants du titre. « Les joueurs qui vont bien­tôt pas­ser la main doivent se dire qu’ils peuvent faire ce que per­sonne d’autre au monde n’a fait avant eux et, à un cer­tain mo­ment, ça peut leur com­pli­quer la tâche», ex­plique Fran­cis Del­té­ral. In­ter­ro­gé sur le même su­jet, l’an­cien troi­sième ligne des Bleus Ima­nol Ha­ri­nor­do­quy est lui beau­coup plus op­ti­miste pour les Blacks. « C’est en 2011, quand on les a joués en fi­nale, qu’ils ont eu le plus de pres­sion. Ils la jouaient chez eux, ra­conte-t-il. Là en­core, je pense qu’ils vont y al­ler sans pres­sion. En plus, les Ja­po­nais sont to­ta­le­ment fans des Blacks. Ça va les por­ter. »

Alors s’il y a peu de chances pour que les Néo-zé­lan­dais se ré­tament d’eux­mêmes, peut-être fau­dra-t-il comp­ter sur leurs concur­rents pour les y ai­der. Et ce­la tombe bien, car la concur­rence n’a sans doute ja­mais été aus­si forte (lire ci-dessous). « Il n’y a plus ce com­plexe, ce mythe All Black, qui fai­sait peur aux ad­ver­saires, af­firme Fran­cis Del­té­ral. Et je crois que les Néo-z le res­sentent. » Ce ne se­rait pas un dé­but de sus­pense, ça ?

« Il n’y a plus ce com­plexe All Black qui fai­sait peur aux ad­ver­saires. » Fran­cis Del­té­ral, consul­tant pour Ca­nal+

Les Néo-zé­lan­dais ont su­bi une dé­faite re­ten­tis­sante et in­at­ten­due le 10 août face aux Aus­tra­liens (47-26) lors du Cham­pion­ship.

Le Sud-afri­cain Duane Ver­meu­len.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.