Mal­gré la «trans­pa­rence», les ques­tions de­meurent

20 Minutes (Toulouse) - - ACTUALITÉ -

Mer­cre­di, six jours après l’in­cen­die qui a dé­truit plus de 5000 t de pro­duits chi­miques à l’usine Lu­bri­zol de Rouen (Seine-ma­ri­time), une forte odeur d’hy­dro­car­bures per­sis­tait par en­droits dans la ca­pi­tale nor­mande. Pas de quoi apai­ser ni les ha­bi­tants, ni les maires et élus lo­caux, dont une cen­taine ont de­man­dé la re­con­nais­sance rapide de « l’état de ca­tas­trophe tech­no­lo­gique » et la mise en place d’un re­gistre de sui­vi mé­di­cal.

La mi­nistre de la San­té, Agnès Bu­zyn, l’a re­con­nu le ma­tin même : « Au­jourd’hui, per­sonne ne sait exac­te­ment ce que donnent ces pro­duits mé­lan­gés [dont la liste a été pu­bliée mar­di soir] lors­qu’ils brûlent. » Sur­tout « quand la com­bus­tion n’est pas com­plète et en­traîne la pro­duc­tion de substances dé­gra­dées, comme les dioxines», a pré­ci­sé à 20 Minutes Fa­bri­zio Pa­ri­sel­li, toxi­co­logue à l’uni­té de pré­ven­tion du risque chi­mique au CNRS. Mais d’ajou­ter : «Tant qu’on n’a pas obtenu les don­nées d’ex­po­si­tion, dont les ana­lyses sont longues, on ne peut pas sa­voir s’il y a un risque ou pas. »

D’ici là, et pour ré­pondre aux ques­tions sur les consé­quences de l’in­cen­die, un nu­mé­ro vert a été mis en place (0800 009785). Il va aus­si être de­man­dé «à l’en­semble des di­ri­geants des sites Se­ve­so d’ef­fec­tuer des contrôles de sé­cu­ri­té», a an­non­cé la porte-pa­role du gou­ver­ne­ment, Si­beth Ndiaye. En­fin, au Sé­nat, qui s’ap­prête à lan­cer une com­mis­sion d’enquête trans­par­ti­sane, le Pre­mier mi­nistre, Edouard Phi­lippe, qui a pro­mis la «trans­pa­rence» a af­fir­mé qu’il veille­rait « à ce que rien ne vienne exo­né­rer la res­pon­sa­bi­li­té de l’in­dus­triel » dans l’in­dem­ni­sa­tion des «dom­mages cau­sés au voi­si­nage».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.