«Des ac­teurs de­vant la porte des édi­teurs de jeux video »

L’acteur Jon Bern­thal in­carne le mé­chant dans «Ghost Re­con Break­point»

20 Minutes (Toulouse) - - LA UNE - Pro­pos re­cueillis par Vincent Ju­lé

Au der­nier sa­lon E3, la confé­rence d’ubi­soft était ac­quise aux li­cences Tom Clan­cy. Comme « Ghost Re­con Break­point», jeu de tir tac­tique à monde ou­vert, sor­ti ven­dre­di der­nier, avec Jon Bern­thal en tête d’af­fiche. Plus connu en tant que Pu­ni­sher ou Shane dans « The Walking Dead », l’acteur confirme le goût de Hollywood pour le jeu vi­déo, après les per­for­mances de Jo­seph Gor­don-le­vitt (« Beyond Good and Evil 2 ») et Eli­jah Wood («Trans­fe­rence ») l’an­née der­nière, ou Kea­nu Reeves pour « Cy­ber­punk 2077 ». 20 Minutes l’a ren­con­tré.

Comment le pro­jet « Ghost Re­con Break­point » s’est-il pré­sen­té ?

Comme n’im­porte quel autre rôle. Je ne suis pas vrai­ment ga­meur, mais j’avais dé­jà par­ti­ci­pé à des jeux vi­déo au dé­but de ma car­rière. Mais ja­mais quelque chose de cette en­ver­gure. J’ai ren­con­tré des gens passionnés, in­ves­tis, avec une su­per ré­pu­ta­tion et un su­per pro­jet.

Votre per­son­nage est-il un simple an­ta­go­niste ou un an­ti­hé­ros ?

Les joueurs se di­ront peut-être que c’est le mé­chant, mais c’est mon bou­lot de croire en sa cause. Le Ma­jor Cole D. Wal­ker était lui-même un Ghost, il a ac­quis les mêmes ca­pa­ci­tés, mais sa mis­sion et son état d’es­prit sont dif­fé­rents. C’est ce qui le rend dan­ge­reux.

Tour­ner un jeu vi­déo est-il dif­fé­rent d’une sé­rie ou d’un film ?

L’in­ves­tis­se­ment est le même, il s’agit de sai­sir un mo­ment par­fait, de le jouer et le cho­ré­gra­phier au mieux. La dif­fé­rence est que tu n’as le droit qu’à une seule et longue prise. Si tu te trompes, que tu es mal pla­cé, la prise n’est pas bonne, tu dois tout re­com­men­cer.

Kea­nu Reeves est aus­si dans un jeu, « Cy­ber­punk 2077 ». Il se passe quoi ?

Il se passe la même chose qu’avec les sé­ries té­lé : des per­son­nages créent une intimité avec les spec­ta­teurs. Je ne suis pas sur­pris que Kea­nu fasse de même. Si vous vou­lez mon avis, de plus en plus d’ac­teurs vont frap­per à la porte des édi­teurs de jeux.

Se­lon Jon Bern­thal, le jeu vi­déo va at­ti­rer de plus en plus les ac­teurs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.