Des ré­sul­tats ras­su­rants, pas de cer­ti­tudes pour au­tant

20 Minutes (Toulouse) - - ACTUALITÉ - Sé­lène Aga­pé

A Rouen, l’en­quête se pour­suit pour faire la lu­mière sur les cir­cons­tances de l’in­cen­die et ses consé­quences pour la san­té et l’en­vi­ron­ne­ment. At­mo Nor­man­die, as­so­cia­tion de sur­veillance de la qua­li­té de l’air, a pré­sen­té mar­di ses der­niers ré­sul­tats. Ils concernent des me­sures ef­fec­tuées dans de l’eau de pluie le 26 sep­tembre (jour de l’in­cen­die) et le 27 sep­tembre sur cinq com­munes si­tuées au nor­dest de l’ag­glo­mé­ra­tion. Un des pré­lè­ve­ments (sur le cap­teur ins­tal­lé à Préaux) fait état de taux de dioxine quatre fois su­pé­rieurs à la nor­male (12,6 pi­co­grammes par m2). Sans qu’ils soient ju­gés «alar­mants», a pré­ci­sé At­mo, même s’il n’existe «pas de va­leurs ré­gle­men­taires concer­nant les dioxines dans l’eau de pluie».

« Sur un temps aus­si court de pré­lè­ve­ment, la li­mite de quan­ti­fi­ca­tion des es­pèces est né­ces­sai­re­ment plus éle­vée que si plus de ma­tière avait été ac­cu­mu­lée», sou­ligne au­près de 20 Mi­nutes Vé­ro­nique Rif­fault, pro­fes­seure de l’ins­ti­tut Mines-té­lé­com Lille-douai. Ces ré­sul­tats res­tent « en des­sous des seuils ad­mis de toxi­ci­té », a com­men­té pour sa part la mi­nistre de la San­té, Agnès Bu­zyn, sur Franceinfo – elle est at­ten­due en fin de se­maine à Rouen pour «ins­tal­ler le co­mi­té de sui­vi (…) où la to­ta­li­té des ré­sul­tats dont nous dis­po­sons se­ront ren­dus pu­blics et clai­re­ment ex­pli­qués».

Ana­lyses com­plé­men­taires

«Dans la me­sure où l’in­cen­die est ter­mi­né et le pa­nache dis­per­sé, on peut s’at­tendre à une di­mi­nu­tion des concen­tra­tions me­su­rées dans l’air am­biant et dans les re­tom­bées at­mo­sphé­riques», ajoute Vé­ro­nique Rif­fault. Mais y a-t-il des risques pour la san­té? Se­lon L’OMS, une brève ex­po­si­tion à de fortes concen­tra­tions de dioxines «peut en­traî­ner des lé­sions der­miques», et une ex­po­si­tion de longue du­rée «s’as­so­cie à une dé­gra­da­tion du sys­tème im­mu­ni­taire, du dé­ve­lop­pe­ment du sys­tème ner­veux, du sys­tème en­do­cri­nien et des fonc­tions gé­né­siques ».

Des ana­lyses com­plé­men­taires se­ront réa­li­sées dans les sols, les vé­gé­taux et la chaîne ali­men­taire par la pré­fec­ture, a in­di­qué At­mo Nor­man­die. «En gé­né­ral, les dioxines migrent as­sez peu dans les sols, in­dique Vé­ro­nique Rif­fault. On consi­dère que 90% vont res­ter dans les dix pre­miers cen­ti­mètres, ce qui, sur un sol très pol­lué, per­met as­sez ra­pi­de­ment sa dé­pol­lu­tion.»

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.