Au rayon an­ti­gas­pi

De plus en plus de so­lu­tions per­mettent aux com­merces et à la grande dis­tri­bu­tion de li­mi­ter le gâ­chis des in­ven­dus ali­men­taires.

20 Minutes (Toulouse) - - LA UNE - Fa­brice Pou­li­quen

En France, 10 mil­lions de tonnes de nour­ri­ture fi­nissent chaque an­née dans la pou­belle, éva­lue l’ademe (Agence de l’en­vi­ron­ne­ment et de la maî­trise de l’éner­gie). Soit l’équi­valent de 150 kg et par ha­bi­tant. Sur le prin­cipe, il y a consen­sus : 93% des Fran­çais jugent ce gas­pillage «in­ac­cep­table», se­lon un son­dage Yougov pour Too Good To Go dé­voi­lé ce mer­cre­di, Jour­née na­tio­nale de lutte contre le gas­pillage ali­men­taire. En re­vanche, pour y re­mé­dier, les avis di­vergent. Il faut cui­si­ner ses restes pour 30 % des son­dés, pla­ni­fier ses re­pas (26 %), conge­ler ses pro­duits (24%), puis vé­ri­fier les dates li­mites de consom­ma­tion (10%). Et uti­li­ser Too Good To Go, cette ap­pli qui per­met d’iden­ti­fier près de chez soi les com­mer­çants qui pro­posent, au maxi­mum au tiers du prix de vente ha­bi­tuel, un «pa­nier sur­prise» com­po­sé des in­ven­dus du jour? Seuls 4% des son­dés es­timent qu’il s’agit de la so­lu­tion la plus ef­fi­cace pour lut­ter contre le gas­pillage ali­men­taire. «Je ne pense pas non plus que notre ap­pli­ca­tion soit la so­lu­tion la plus ef­fi­cace, re­con­naît Lu­cie Basch, sa co­fon­da­trice. En re­vanche, aux yeux de nom­breux Fran­çais, elle fait par­tie du pa­ckage de so­lu­tions per­ti­nentes pour ré­duire ce fléau.»

L’IA en ren­fort

De­puis son lan­ce­ment en 2016, Too Good To Go dit avoir écou­lé 10 mil­lions de pa­niers. Si elle reste la plus connue, d’autres ap­pli­ca­tions ont été lan­cées sur ce même cré­neau. C’est le cas, en France, de Kar­ma, mais aus­si de Phe­nix. Cette der­nière s’est, par exemple, spé­cia­li­sée dans la col­lecte des in­ven­dus ali­men­taires des su­per­mar­chés, qu’elle dis­tri­bue dans la fou­lée à des as­so­cia­tions ca­ri­ta­tives. Ch­ris­tophe Me­nez, di­rec­teur gé­né­ral de l’en­tre­prise nan­taise Ze­ro-gâ­chis, évoque un autre cre­do : le «sti­cking». Au­tre­ment dit, l’ap­pli­ca­tion, di­rec­te­ment en rayon, de pro­mo­tion sur les pro­duits qui ap­prochent la date li­mite de vente. Ch­ris­tophe Me­nez en est per­sua­dé : c’est la com­bi­nai­son de ces so­lu­tions qui per­met­tra à un su­per­mar­ché ou à un com­merce d’ap­pro­cher le 100% de va­lo­ri­sa­tion de ses in­ven­dus ali­men­taires.

L’en­jeu, dès lors, est de per­mettre aux res­pon­sables de rayon de choi­sir la meilleure op­tion de va­lo­ri­sa­tion pour chaque pro­duit qui ar­rive à date li­mite de vente. C’est d’ailleurs l’ob­jet d’ep­si­lon, l’«as­sis­tant d’ai­guillage» mis au point par Ze­ro-gâ­chis et qui est prêt à être dé­ployé. S’ap­puyant sur l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle, Ep­si­lon aide à ré­pondre à des ques­tions comme : ce pro­duit est-il au­to­ri­sé au don? Si j’opte pour la pro­mo­tion, quel ra­bais ap­pli­quer pour op­ti­mi­ser les chances qu’il soit ven­du? Toutes ces so­lu­tions per­met­tront-elles de ré­duire de moi­tié la quan­ti­té de nour­ri­ture je­tée d’ici à 2025, comme s’y est en­ga­gée la France dans son Pacte na­tio­nal, si­gné en 2013? L’ademe le rap­pelle : la pro­duc­tion agri­cole, la trans­for­ma­tion et la res­tau­ra­tion ont aus­si un rôle à jouer.

Des com­merces pro­posent des pa­niers d’in­ven­dus à prix ré­duit.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.