Danse classique pour Pa­ris

Le PSG s’est im­po­sé très fa­ci­le­ment contre Mar­seille (4-0), grâce à des dou­blés de Mbap­pé et Icar­di

20 Minutes (Toulouse) - - SPORTS - Nicolas Ca­mus

Une bou­che­rie. Le PSG a fait vo­ler L’OM en éclats, di­manche soir, avec un 4-0 net et sans ba­vure. Tout s’est joué au cours d’une pre­mière pé­riode ab­so­lu­ment folle, avant que L’OM se montre un poil plus consis­tant au re­tour des ves­tiaires, ai­dé par les Pa­ri­siens en mode dé­cras­sage. Ra­re­ment un classique au­ra été aus­si dés­équi­li­bré.

Un monde d’écart. Vil­las-boas, l’en­traî­neur mar­seillais, avait ré­pé­té avant la ren­contre qu’il n’en at­ten­dait rien de spé­cial, étant don­né le fos­sé entre les deux équipes. Il n’es­pé­rait pas avoir au­tant rai­son. Son OM a ex­plo­sé en une mi-temps, en­cais­sant quatre buts (un re­cord dans un classique) avec un ter­rible sen­ti­ment d’im­puis­sance. Icar­di et Mbap­pé, au­teurs d’un dou­blé cha­cun, n’ont lais­sé que des cendres der­rière eux, pro­fi­tant des es­paces in­con­si­dé­rés lais­sés par la dé­fense ad­verse. S’ali­gner si mal à 35 m de ses buts au Parc des Princes – n’est-ce pas, Sarr ? –, c’est aber­rant. Heu­reu­se­ment pour les Pho­céens que les Pa­ri­siens ont joué la se­conde pé­riode au pe­tit trot. Ils ont rai­son, la sai­son se­ra longue.

Pro­blèmes de riches pour Tu­chel. Et dire que pour ce classique, il manquait Ney­mar et que Ca­va­ni, en­tré en jeu sous l’ova­tion du Parc, re­vient tout juste… Fran­che­ment, on se de­mande bien com­ment va faire l’en­traî­neur al­le­mand quand tout ce beau monde se­ra apte en même temps. Mais on ver­ra ça plus tard. Pour l’ins­tant, il faut pro­fi­ter. Pro­fi­ter de la ma­chine à buts Icar­di, qui en est à sept sur les cinq der­niers matchs, de la fu­sée Mbap­pé, qui a bien fê­té sa pre­mière ti­tu­la­ri­sa­tion de­puis fin août, et de la fi­nesse de Di Ma­ria, qui em­pile les passes dé­ci­sives. Ce match donne en tout cas très en­vie de voir la suite de la sai­son pa­ri­sienne.

L’OM de­vra s’en re­mettre. Dans la li­gnée du dis­cours pes­si­miste d’avant­match, les Mar­seillais pour­ront au moins se dire qu’ils n’ont pas en­cais­sé de but après la pause. Il leur fau­dra bien se conso­ler comme ils peuvent de cette fes­sée, car les se­maines à ve­nir vont être im­por­tantes pour sa­voir où ils peuvent al­ler cette sai­son. Ils ne sont ce lundi qu’à trois points de la deuxième place, grâce à la mé­dio­cri­té am­biante der­rière Pa­ris. Les ré­cep­tions de Lille puis de Lyon lors des deux pro­chaines jour­nées per­met­tront de des­si­ner leur ave­nir. Plus d’ex­cuses, cette fois, c’est exac­te­ment contre cette caste d’équipes qu’ils sont cen­sés se battre.

Ce match donne très en­vie de voir la suite de la sai­son pa­ri­sienne.

L’ar­gen­tin Mau­ro Icar­di, ar­ri­vé cet été à Pa­ris, a mar­qué deux buts face à L’OM.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.