Chez les Lyon­nais, Lu­cas Tou­sart ne fait plus l’una­ni­mi­té

De­puis quelques mois, Tou­sart, le mi­lieu de ter­rain de L’OL, est contes­té

20 Minutes (Toulouse) - - LA UNE - A Lyon, Jérémy Lau­gier

Au prin­temps 2017, tout Lyon est tom­bé sous le charme de Lu­cas Tou­sart. En trois mois, ce so­lide gaillard alors sur le point de fê­ter ses 19 ans en­chaî­nait 18 ti­tu­la­ri­sa­tions. Mem­phis De­pay le qua­li­fiait alors de « ma­chine » et An­tho­ny Lopes, de «cha­ro­gnard». Epa­tant dans son ac­ti­vi­té à la ré­cu­pé­ra­tion et propre dans son uti­li­sa­tion du bal­lon, Lu­cas Tou­sart, qui de­vrait être ti­tu­laire face au Ben­fi­ca, lors du qua­trième match de poule de Ligue des champions ce mar­di (21 h), pous­sait même par­fois le ca­pi­taine Maxime Go­na­lons sur le banc, et même hors du club, l’été sui­vant.

« Il manque de fi­nesse »

Deux ans et de­mi plus tard, les temps ont chan­gé. Dé­jà, la sai­son pas­sée, la com­pli­ci­té tech­nique du duo Hous­sem Aouar-tan­guy Ndom­bé­lé l’a sou­vent sor­ti du onze de dé­part. De­puis la re­prise, le ca­pi­taine de la sé­lec­tion es­poirs n’a pas non plus re­trou­vé l’im­pact de ses débuts, et de nom­breux fans lyon­nais lui re­prochent ses la­cunes tech­niques et son jeu tour­né vers l’ar­rière. « C’est sûr qu’il ne va pas sor­tir des gestes dé­liés comme un Mem­phis De­pay le fait de­vant lui, es­time Yan­nick Sto­py­ra, qui était di­rec­teur du centre de pré­for­ma­tion de Cas­tel­mau­rou, près de Tou­louse, quand il a vu dé­bar­quer le joueur à 13 ans. Il manque de fi­nesse, mais il faut des guer­riers comme lui qui courent pour les autres. Et c’est une forme d’in­tel­li­gence de connaître ses li­mites. »

Des li­mites dans le jeu of­fen­sif qui l’ont des­ti­né au poste de mi­lieu dé­fen­sif, même si avec Syl­vin­ho, l’ex-coach de L’OL, il évo­luait dans un rôle plus avan­cé de re­layeur. «Lu­cas, tu ne le prends pas pour t’en­voyer des trans­ver­sales de 35 m, mais pour ses ré­cu­pé­ra­tions et ses com­pen­sa­tions, confie Fré­dé­ric Za­go, an­cien di­rec­teur du centre de for­ma­tion de Va­len­ciennes, où Lu­cas Tou­sart a évo­lué de 2013 à 2015. Les en­traî­neurs passent à L’OL, et il joue tou­jours. » Un constat in­dis­cu­table qui lui vaut un autre avo­cat, en la per­sonne de l’an­cien gar­dien va­len­cien­nois Paul Char­ruau : « Je n’ima­gine pas qu’il ait pu se re­po­ser sur ses lau­riers après ses débuts réus­sis à Lyon. »

Très bon à son ar­ri­vée à L’OL, Tou­sart (au centre) est un peu en dif­fi­cul­tés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.