Za­zie

« Je me mé­fie de la vir­tua­li­té du monde »

20 Minutes - - NEWS - Pro­pos re­cueillis par Fa­bien Ran­danne

Il y a vingt-trois ans, elle chan­tait « Zen ». Au­jourd’hui, elle en­tonne « Speed », le pre­mier ex­trait de son nou­vel al­bum, Es­sen­ciel, qui sort ce vendredi. Za­zie change de rythme et de ryth­miques, mais conserve son sens des jeux de mots et des vi­bra­tions po­si­tives. 20 Mi­nutes a ren­con­tré une chan­teuse qui aime prendre son temps et dé­teste le perdre.

Plu­sieurs chan­sons de l’al­bum in­vitent à se li­bé­rer de dif­fé­rentes formes d’op­pres­sion. Est-ce comme une ré­ac­tua­li­sa­tion de votre tube « Zen » à une époque plus grave ? Plus c’est grave et plus il faut être lé­ger. Ce­la ne veut pas dire se foutre de tout, mais je pense qu’on peut se désen­com­brer. Il y a un culte de l’an­xio­gène et de l’im­mé­dia­te­té à la té­lé­vi­sion, avec le vir­tuel, avec In­ter­net, etc. Ce­la n’in­cite pas quel­qu’un à être cu­rieux de l’autre, mais plu­tôt à en avoir peur. Alors qu’on peut aus­si éteindre la té­lé de temps en temps. L’époque manque-t-elle de lé­gè­re­té ?

Elle manque de cé­lé­brer aus­si la beau­té des choses. Elle manque de poé­sie. On nous a dit pen­dant des an­nées qu’il fal­lait avoir des car­rières ver­ti­cales, des choses ver­ti­gi­neuses… Mais, quand on est en haut, qu’est-ce qu’on fait ? On des­cend.

Le temps qui passe vous fait-il peur ?

Il me fe­rait peur si je ne l’oc­cu­pais pas à des choses qui sont es­sen­tielles pour moi main­te­nant. Il me fe­rait peur s’il était du temps per­du. Il me fe­rait peur si je le pas­sais à faire des réunions in­ter­mi­nables pour rien, à voir des cons et à m’en­nuyer pro­fon­dé­ment – au sens lit­té­ral du terme, c’est-à-dire que la per­sonne que je suis m’en­nuie. Il me fait peur quand j’ai l’im­pres­sion que c’est ver­ti­gi­neux ou que je m’éloigne de moi, de la na­ture de ce que je suis.

Dans « Ma sto­ry », vous mo­quez les ré­seaux so­ciaux. Vous les avez en hor­reur ?

J’avoue que je m’en mé­fie beau­coup. Je me mé­fie de la vir­tua­li­té du monde. Je trouve que c’est dan­ge­reux, parce que ça nous éloigne du vrai contact, du vrai par­tage. Il y a des choses très bien sur le Net, comme la fa­ci­li­té de pou­voir com­man­der un truc sans se dé­pla­cer, de par­ler à un co­pain à l’autre bout du monde, de pou­voir dé­battre, de pou­voir in­for­mer le pu­blic de ce qu’on fait et comme on veut, sans pas­ser par un mé­dia. Mais je m’en mé­fie, parce que je trouve qu’il y a quelque chose de por­no­gra­phique à vou­loir com­bler tous les be­soins en cinq se­condes et dix doigts. Ce n’est pas nor­mal. De temps en temps, c’est bien de s’en­nuyer plu­tôt que de se di­ver­tir.

Twit­ter, c’est donc à pe­tite dose pour vous ? Twit­ter, je n’y vais pas. D’ailleurs, mon en­tou­rage peut vous le dire, mon por­table est sur si­len­cieux en per­ma­nence.

En tant que coach dans « The Voice » vous avez fait pro­fi­ter de jeunes ta­lents de votre ex­pé­rience. Cette aven­ture vous a-t-elle ap­por­té quelque chose, a-t-elle mo­di­fié votre ap­proche de la mu­sique ?

Ce­la ne l’a pas chan­gée, mais il y a eu une ré­ci­pro­ci­té. On es­saie de trans­mettre des choses à ces jeunes. En échange, ce­la a ré­ha­bi­li­té les in­ter­prètes, des gens qui chantent hy­per bien et qui ne sont pas for­cé­ment in­té­res­sés par l’écri­ture ou la com­po­si­tion. «The Voice» m’a aus­si ré­con­ci­liée avec la té­lé­vi­sion. C’est un pro­gramme élé­gant, où les gens sont bien trai­tés : ils sont sui­vis psy­cho­lo­gi­que­ment pour ne pas pé­ter des câbles et ne pas su­bir les re­tom­bées nu­cléaires de l’après-cé­lé­bri­té im­mé­diate. Je vois plein de gens qui me parlent de cette émis­sion, dont des in­tel­lec­tuels qui l’avouent un peu hon­teu­se­ment, et me disent que chan­ter le sa­me­di soir, c’est mieux que se mettre sur la gueule.

«Le temps qui passe me fe­rait peur si je le pas­sais à voir des cons. »

« L’émis­sion “The Voice” m’a ré­con­ci­liée avec la té­lé­vi­sion.»

Za­zie, qui pu­blie son dixième al­bum, re­con­naît se mé­fier des ré­seaux so­ciaux et de la «vir­tua­li­té du monde». et elle s’en moque dans sa chan­son «Ma sto­ry».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.