« Je ne pro­po­se­rai pas la ré­si­lia­tion »

La pré­si­dente du syn­di­cat mixte Ca­the­rine Ba­rat­ti-El­baz in­dique que Smo­ven­go a, a prio­ri, sau­vé sa tête, grâce à ses ef­forts de l’été

20 Minutes - - GRAND PARIS - Pro­pos re­cueillis par Ro­main Les­cu­rieux

Avec près d’un an de re­tard sur le ca­len­drier ini­tial, les 1 400 sta­tions et 20000 vé­los en libre-ser­vice Vé­lib’ en ré­gion pa­ri­sienne se­ront opé­ra­tion­nels dé­but 2019, pro­met Smo­ven­go. Le syn­di­cat mixte Au­to­lib’ et Vé­lib’ Mé­tro­pole (Smav), lui, doit prendre une dé­ci­sion le 21 sep­tembre sur la pour­suite ou non du contrat ac­cor­dé à l’opé­ra­teur pour as­su­rer le ser­vice. Ca­the­rine Ba­rat­ti-El­baz, pré­si­dente du Smav, reste confiante.

Après des mois chao­tiques, fai­tes­vous en­core confiance à Smo­ven­go ? Au dé­but de l’été, nous avions de­man­dé à Smo­ven­go un plan d’ac­tion et des en­ga­ge­ments pré­cis pour la fin du mois d’août. L’ob­jec­tif était d’amé­lio­rer le fonc­tion­ne­ment du ser­vice et de le sta­bi­li­ser dans un pre­mier temps au­tour de 800 sta­tions, dont 130 hors Pa­ris. Fin août, les ob­jec­tifs étaient at­teints. Ces der­niers jours, nous avons dé­pas­sé les 40 000 tra­jets par jour. Ce sont des si­gnaux en­cou­ra­geants. A nous de voir comment le sys­tème ré­siste dans les se­maines à ve­nir.

Qu’at­ten­dez-vous au­jourd’hui de Smo­ven­go ?

Ce que nous de­man­dons au­jourd’hui à Smo­ven­go, c’est de ne pas prendre des ob­jec­tifs a mi­ni­ma, mais de se re­ca­ler sur les ob­jec­tifs du contrat, qui sont 1 400 sta­tions et des vé­los sup­plé­men­taires. Je veux que son PDG prenne des en­ga­ge­ments de ca­len­drier et de mé­thode de­vant les élus. En­suite, nous pren­drons une dé­ci­sion. Dans la me­sure où nous avons ac­cep­té leur plan d’ac­tion au dé­but de l’été et que nous consta­tons que les ob­jec­tifs ont été at­teints, je ne pro­po­se­rai pas la ré­si­lia­tion aux élus. En re­vanche, nous se­rons très vi­gi­lants et lu­cides.

Les maires de com­munes li­mi­trophes qui at­tendent tou­jours le dé­ploie­ment du ser­vice pour­raient y re­non­cer. Qu’avez-vous en­vie de leur dire ?

Cer­tains me disent : « Je n’ai pas en­vie d’avoir de sta­tions tant que ça ne fonc­tionne pas », et cer­tains sont très im­pa­tients. Nous sommes conscients que nous n’avons pas réus­si à as­su­rer la tran­si­tion comme on l’avait ima­gi­née. La ques­tion main­te­nant est de sa­voir si on ar­rive à avoir un sys­tème mé­tro­po­li­tain qui cor­res­pond aux be­soins des usa­gers.

Cer­tains usa­gers se sont dé­tour­nés du Vé­lib’, d’au­tant plus que le « free floa­ting » se dé­ve­loppe beau­coup… Nous avons des obli­ga­tions de ser­vice pu­blic. Concer­nant le ta­rif, nous avons vo­té le rem­bour­se­ment des abon­ne­ments de jan­vier à août et nous pro­po­sons des abon­ne­ments à moi­tié prix en sep­tembre, oc­tobre et no­vembre. En­fin, si nous ar­ri­vons à le mettre en oeuvre, le maillage se­ra plus im­por­tant que ce­lui des opé­ra­teurs de «free floa­ting».

Ca­the­rine Ba­rat­ti-El­baz (à dr.) et la maire de Pa­ris, le 19 dé­cembre 2017.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.