Le pa­tri­moine, l’autre at­trac­tion de Dis­ney­land

Connu pour ses sen­sa­tions fortes, le site l’est moins pour ses ar­ti­sans d’art

20 Minutes - - GRAND PARIS - Ati­ka Ba­kou­ra

Trois cent soixante pri­vi­lé­giés vont dé­cou­vrir Dis­ney­land Pa­ris (Sei­neet-Marne) sous un nou­vel angle ce week-end. A l’oc­ca­sion des Jour­nées eu­ro­péennes du pa­tri­moine, ils vont par­ti­ci­per à des vi­sites gui­dées gra­tuites – mais dé­jà com­plètes – de 15 lieux du com­plexe tou­ris­tique, ce qui est une pre­mière. Par­mi eux, le châ­teau de La Belle au bois dor­mant, qui n’est autre que « l’em­blème du parc, avec une ar­chi­tec­ture ins­pi­rée des mo­nu­ments na­tio­naux », in­dique Mi­chael Gior­da­no, am­bas­sa­deur (re­pré­sen­tant) de Dis­ney­land Pa­ris.

Ta­pis­sier, do­reur, cor­dier...

«Beau­coup d’at­ten­tion» est ap­por­tée à l’édi­fice haut de 50 m, or­né de vi­traux, de flèches do­rées et de ta­pis­se­ries d’Au­bus­son. Sa conser­va­tion est de fait as­su­rée par des ar­ti­sans d’art. Chaudronnier, ta­pis­sier, do­reur, ébé­niste, vi­trailliste, cor­dier… tous «maî­trisent les tech­niques ancestrales de res­tau­ra­tion qui dis­pa­raissent », pré­cise Mi­chael Gior­da­no. Leur sa­voir-faire s’exerce aus­si sur Main Street, la rue com­mer­çante du parc d’at­trac­tions. Ses 2000 en­seignes sont réa­li­sées sur place par trois peintres en lettres et trois peintres dé­co­ra­teurs. Un tra­vail réa­li­sé à la main, avec des brosses spé­ci­fiques en poils de martre (ex­trê­me­ment fins).

A Dis­ney­land Pa­ris, l’art pay­sa­ger n’est pas en reste non plus. En té­moignent les nom­breux buis­sons et ar­bustes, le plus sou­vent taillés se­lon des formes géo­mé­triques ou ani­males. Une spé­ci­fi­ci­té qui rap­pelle les jar­dins des châ­teaux de la Loire ou de Ver­sailles. «Pour les concep­teurs de nos jar­dins, c’était une ma­nière de faire le lien entre la culture fran­çaise et la culture Dis­ney», ex­plique la di­rec­tion du parc. De­puis sa créa­tion il y a vingt-cinq ans, le site a ac­cueilli 320 mil­lions de vi­si­teurs. Ces pas­sages ré­pé­tés, mê­lés aux in­tem­pé­ries, en­gendrent de l’usure. Les ar­ti­sans d’art veillent donc à ne pas lais­ser ce pa­tri­moine dé­pé­rir, «afin que la ma­gie opère chaque jour au­près des vi­si­teurs », glisse Mi­chael Gior­da­no.

Le com­plexe par­ti­cipe pour la pre­mière fois à la ma­ni­fes­ta­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.