La réa­li­té der­rière les rixes de bandes

Alors que plu­sieurs af­fron­te­ments ont eu lieu ré­cem­ment, le phé­no­mène est ju­gé en re­cul

20 Minutes - - GRAND PARIS - Ca­ro­line Po­li­ti

Un af­fron­te­ment de bandes de quar­tiers ri­vaux à Mantes-la-Jo­lie (Yve­lines), une ex­pé­di­tion pu­ni­tive à Garges-lès-Go­nesse (Val-d’Oise), des in­tru­sions dans un ly­cée de SaintDe­nis (Seine-Saint-De­nis), de­ve­nu le ter­rain d’af­fron­te­ments de deux bandes… Cer­tains ter­ri­toires sont-ils de­ve­nus hors de contrôle ? « Dans un cer­tain nombre de ces quar­tiers, ce n’est plus l’ordre ré­pu­bli­cain, mais ce­lui des bandes et des nar­co­tra­fi­quants qui, hé­las, règne », dé­plo­rait ven­dre­di Gé­rard Col­lomb à Gre­noble. Ces pa­roles in­quié­tantes contrastent pour­tant avec les chiffres com­mu­ni­qués par son mi­nis­tère. Se­lon la Place Beau­vau, quelque 90 bandes struc­tu­rées sont ac­tives en France mé­tro­po­li­taine. Par­mi elles, la moi­tié se trouve à Pa­ris (16) et en pe­tite cou­ronne (29). «Les chiffres ont ten­dance à di­mi­nuer de­puis 2012 », as­sure le porte-pa­role de l’In­té­rieur, Fré­dé­ric de La­nou­velle. Ain­si, se­lon la pré­fec­ture de po­lice de Pa­ris, les vio­lences rat­ta­chées aux bandes ont bais­sé de 30% dans la ca­pi­tale et de 19 % sur l’en­semble de la pe­tite cou­ronne entre 2016 et 2017, pas­sant de 414 phé­no­mènes en­re­gis­trés à 336. « Le pro­blème, c’est qu’on ne sait pas vrai­ment ce que re­couvre au­jourd’hui le terme de “bandes” », nuance Ch­ris­tophe Soul­lez, le di­rec­teur de l’Ob­ser­va­toire na­tio­nal de la dé­lin­quance et des ré­ponses pé­nales (ONDRP). « Ces bandes sont presque tou­jours liées à un quar­tier sen­sible, pré­cise Fré­dé­ric de La­nou­velle. Elles s’ar­ti­culent gé­né­ra­le­ment au­tour du tra­fic de stu­pé­fiants et du contrôle d’un ter­ri­toire.»

Elles sont consti­tuées pour une très im­por­tante par­tie de mi­neurs. « C’est un phé­no­mène plu­tôt spon­ta­né, pour­suit une source po­li­cière. Ce sont plu­tôt des jeunes qui sont ori­gi­naires de ces quar­tiers et qui vont se rac­cro­cher à ces bandes. »

Le porte-pa­role de l’In­té­rieur le re­con­naît : « Ce n’est pas parce qu’on ob­serve une baisse du nombre de bandes que les vio­lences di­mi­nuent. » Pour en­di­guer le phé­no­mène, le gou­ver­ne­ment compte sur le dé­ploie­ment des quar­tiers de re­con­quêtes ré­pu­bli­caines, me­sure phare de la po­lice de sé­cu­ri­té du quo­ti­dien. A Garges-lès-Go­nesse, par exemple, ce sont quinze po­li­ciers sup­plé­men­taires qui sont at­ten­dus dans les se­maines à ve­nir.

Pa­ris compte 16 groupes et la pe­tite cou­ronne 29.

Des ba­garres entre bandes ont eu lieu ré­cem­ment, à Mantes, no­tam­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.