Les édi­teurs font leur mar­ché dans l’au­toé­di­tion

20 Minutes - - CULTURE - Emi­lie Co­chaud

Chaque an­née, des concours d’écri­ture pro­mettent à des ap­pren­tis écri­vains de voir leur ro­man dans une vi­trine de li­brai­rie. Le Prix des étoiles*, or­ga­ni­sé par Li­bri­no­va, et dont 20 Mi­nutes est par­te­naire, offre ain­si à son vain­queur un contrat d’agent, avec la pos­si­bi­li­té de si­gner dans une mai­son d’édi­tion tra­di­tion­nelle. Au bout de 1 000 exem­plaires ven­dus sur In­ter­net, la mai­son d’au­toé­di­tion dé­marche les édi­teurs tra­di­tion­nels. Leurs clients s’ap­pellent Fleuve édi­tions, Ha­chette Ro­mans, Mi­chel La­fon ou De­noël. « Au dé­part, les mai­sons d’édi­tion étaient plu­tôt scep­tiques et ac­cep­taient pru­dem­ment qu’on leur pro­pose des textes, ex­plique Char­lotte Al­li­bert, fon­da­trice de Li­bri­no­va. Au­jourd’hui, elles viennent nous sol­li­ci­ter et re­gar­der ce qu’on pu­blie. »

« C’est très confor­table »

Pour ai­der les édi­teurs à dé­bus­quer de nou­velles pé­pites, la pla­te­forme de Li­bri­no­va leur per­met de croi­ser des don­nées : le nombre de ventes, les ten­dances, les com­men­taires des lec­teurs… Le risque pris par l’édi­teur est-il écar­té ? « C’est très confor­table, re­con­naît Au­rore Men­nel­la chez Mi­chel La­fon. Mais il n’y a au­cune ga­ran­tie de suc­cès. » En ma­tière d’édi­tion, comme dans les bons ro­mans, rien n’est ja­mais écrit d’avance.

Par­ti­ci­pa­tion jus­qu’au 30 no­vembre.

Plus d’in­fos : bit.ly/2OsiXwH et li­bri­no­va.com.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.