Le vi­rus s’ar­rête-t-il aux parcs ?

Face au manque de re­cul sur la cir­cu­la­tion du co­ro­na­vi­rus, le gou­ver­ne­ment s’op­pose à la ré­ou­ver­ture des jar­dins à Pa­ris

20 Minutes - - GRAND PARIS - Caroline Po­li­ti

La ques­tion di­vise presque au­tant que celle de la ré­ou­ver­ture des écoles. Faut-il main­te­nir la fer­me­ture des parcs et jar­dins pu­blics pour li­mi­ter la cir­cu­la­tion du nou­veau co­ro­na­vi­rus dans les zones clas­sées «rouge»? De­puis le dé­con­fi­ne­ment, et plus en­core à l’ap­proche du pont de l’As­cen­sion, de nom­breux élus fran­ci­liens – Anne Hi­dal­go en tête – mi­litent en fa­veur de leur ré­ou­ver­ture. Ob­jec­tif : per­mettre aux ha­bi­tants de ces zones den­sé­ment peu­plées de prendre l’air tout en évi­tant les at­trou­pe­ments sur les quelques pe­louses ac­ces­sibles ou les berges. Pour l’heure, ils se heurtent à une fin de non-re­ce­voir du gou­ver­ne­ment, qui craint que la ré­ou­ver­ture de ces lieux en­cou­rage les ras­sem­ble­ments.

Une image ré­sume ce bras de fer, celle du ca­nal Saint-Mar­tin bon­dé le pre­mier soir du dé­con­fi­ne­ment. L’illus­tra­tion de la lé­gè­re­té des Pa­ri­siens fai­sant fi des gestes bar­rières pour les uns, la preuve évi­dente, pour les autres, d’un manque d’es­pace. Les élus fran­ci­liens bé­né­fi­cient du sou­tien du CSMF, pre­mier syn­di­cat de mé­de­cins li­bé­raux. «Cer­tains trot­toirs sont bon­dés. Les Pa­ri­siens n’ont pas eu la pos­si­bi­li­té de res­pi­rer pen­dant le confi­ne­ment et ne le sup­portent plus», in­siste le syn­di­cat, qui alerte sur la «san­té men­tale» des ha­bi­tants.

Un es­sai à La Cour­neuve

Si le gou­ver­ne­ment et les élus lo­caux peinent à trou­ver un ter­rain d’en­tente, c’est no­tam­ment en rai­son de l’ab­sence de cer­ti­tudes quant à la cir­cu­la­tion du co­ro­na­vi­rus en mi­lieu ou­vert. Plu­sieurs études concernent le su­jet. A Hong Kong, par exemple, des cher­cheurs ont ana­ly­sé les don­nées is­sues du re­gistre des conta­mi­na­tions pro­ve­nant de 120 villes chi­noises. L’im­mense ma­jo­ri­té des 318 foyers épi­dé­miques dé­tec­tés, soit l’en­semble des cas ayant comme ori­gine le même pa­tient, en­re­gis­trait plu­sieurs sources de conta­mi­na­tion. Mais, dans 80 % des cas, ils se sont en par­tie for­més chez des par­ti­cu­liers, et pour 34%, dans les trans­ports. A l’in­verse, un seul foyer im­pli­quant deux per­sonnes s’est créé dans un en­vi­ron­ne­ment ex­té­rieur.

C’est en­cou­ra­geant, mais de nom­breuses ques­tions de­meurent. Le faible nombre de foyers ex­té­rieurs pour­rait-il s’ex­pli­quer par la dif­fi­cul­té à re­tra­cer les in­ter­ac­tions entre des in­di­vi­dus in­fec­tés? Ou sim­ple­ment par le fait que le confi­ne­ment, qu’il soit im­po­sé ou for­te­ment conseillé, a li­mi­té les in­ter­ac­tions? En­fin, des ques­tions pèsent sur la re­mon­tée des don­nées de Chine, que de nom­breux scien­ti­fiques es­timent par­cel­laire.

Dé­sor­mais, les élus fran­ci­liens ont les yeux ri­vés sur le parc in­ter­dé­par­te­men­tal de La Cour­neuve, le seul de la ré­gion à avoir bé­né­fi­cié d’une au­to­ri­sa­tion d’ou­ver­ture, à titre ex­pé­ri­men­tal. Dans cet es­pace de 410 ha, la dis­tan­cia­tion so­ciale est plus fa­cile à faire res­pec­ter que dans les parcs pa­ri­siens dont le plus grand, ce­lui de la Villette, ne fait que 55 ha.

Les Pa­ri­siens ne sup­portent plus de vivre en zone clas­sée « rouge ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.