20 Minutes

Mine de rien, Gouiri peut viser très haut

Pétri de talent mais encore loin des Bleus, le Niçois est promis à un bel avenir

- Antoine Huot de Saint Albin et William Pereira

S’ il fallait inventer un bingo du parcours type du jeune footeux, Amine Gouiri, qui affronte Paris ce mercredi (21 h), cocherait toutes les cases. Garçon poli et travailleu­r, bingo. Bien entouré, bingo. Surclassé, bingo. Armand Garrido, un des formateurs de l’attaquant à Lyon, a beau affirmer qu’un « garçon n’est jamais parfait », on frôle le sans-faute. Il y a bien cette grave blessure en 2018 ou ce départ prématuré de l’OL pour apporter un peu de nuance, mais rien qu’on ne puisse reprocher à ce garçon, qui fait l’unanimité partout où il passe, Rudi Garcia faisant office d’exception. L’ancien coach lyonnais avait justifié le départ de la pépite pour Nice, à l’été 2020, par un trop-plein au sein d’une attaque où l’actuel meilleur buteur de l’OGCN n’avait pas voix au chapitre. « S’il fallait regretter et en vouloir à l’OL sur tous les joueurs qui l’ont quitté avant de percer en pro, ça en ferait pas mal, indique Garrido. Aujourd’hui, les joueurs n’ont pas le temps de se montrer qu’ils sont déjà sollicités. Avant, des Tolisso, Lacazette, Giuly partaient avec 100 matchs derrière eux. » Il n’empêche qu’à écouter son entourage le plan du buteur ressemblai­t à celui de ses prédécesse­urs. « Je ne sais pas si on peut parler de rancoeur envers l’OL, mais de la frustratio­n, oui, nous dit Abdel Belarbi, qui a accompagné Gouiri pendant ses années lyonnaises. Pour lui, il n’était pas question de quitter le club sans avoir joué en pro et avoir montré ce qu’il montre aujourd’hui à Nice. » Mais aucun rêve ne remplace le temps de jeu, surtout pas pour un jeune en pleine progressio­n. « Le plaisir d’Amine a toujours été de jouer, reprend Belarbi. Même si c’est un garçon qui était tout le temps surclassé, s’il fallait redescendr­e avec sa catégorie pour jouer, il le faisait. »

Et tant qu’à faire, s’il faut partir à Nice pour percer... Un choix de carrière dont ne se plaint pas Kasper

Dolberg, son compagnon d’attaque chez les Nissards, qui se délecte « de jouer avec un bon joueur comme ça, qui a encore franchi des paliers ». Les débuts sur la

Côte d’Azur sont prometteur­s : une vingtaine de pions et onze passes décisives avec les Aiglons en une saison et demie, le tout en étant trimballé partout devant. Le lot des joueurs polyvalent­s.

« C’est un jeune joueur talentueux, qui peut à la fois jouer sous un attaquant, à côté d’un attaquant, mais aussi sur le côté », affirme son coach, Christophe Galtier. En résumé, et pour citer Armand Garrido, « Gouiri est un buteur très puissant, qui va très vite, fait des enchaîneme­nts très rapides et sait se faire oublier pour surgir au bon moment. C’est aussi un passeur. Vous allez me dire Benzema, machin chouette. Non, c’est Gouiri. Il a des gestes à la Benzema, il a des attitudes à la Martial. » L’ancien joueur du GYM Alexy Bosetti souhaite que Gouiri « grandisse avec Nice. Il y a quelque chose à faire parce que le club est en pleine mutation avec le projet Ineos, et il va être un cadre de ce projet. » Il y a en tout cas consensus, tant sur son potentiel infini que sur le long chemin qu’il lui reste à parcourir pour atteindre ses objectifs, notamment les Bleus. « Il met toutes ses chances de son côté puisqu’il travaille beaucoup, décrit Galtier. Il a de l’ambition, c’est bien. Il a de la personnali­té, c’est très bien. Qu’il continue comme ça. »

« Il a des gestes à la Benzema, il a des attitudes à la Martial. » Armand Garrido, son formateur à l’OL

 ?? A. Benayache / Sipa ?? Amine Gouiri.
A. Benayache / Sipa Amine Gouiri.
 ?? ??

Newspapers in French

Newspapers from France