Da­kar 2010 1ère par­tie

4x4 Magazine - - Sommaire - Phi­lippe Carles, Pho­tos DPPI.

Un Da­kar dif­fi­cile !

A l’is­sue des pre­miers jours de course, l’opi­nion était gé­né­rale : ce Da­kar n’était pas une pro­me­nade de san­té. Au bout de sept étapes, plus du tiers des concur­rents avait dé­jà aban­don­né !

Ayant te­nu compte des er­reurs de la pre­mière édi­tion, les or­ga­ni­sa­teurs avaient vrai­ment mieux tra­cé leur par­cours, et dès le pre­mier jour de course, les concur­rents ont ren­con­tré des spé­ciales in­té­res­santes. Les deux pre­mières étaient ra­pides et rou­lantes, sans l’hor­rible fesh-fesh qui avait em­poi­son­né le dé­but de course l’an pas­sé. Puis est ar­ri­vée l’étape au­tour de Fiam­ba­la, un peu ex­trême pour les ama­teurs. La conju­gai­son d’une très forte cha­leur (45°), d’un vent souf­flant dans le mau­vais sens et d’un sable très mou a ren­du cette spé­ciale très dif­fi­cile. Près de qua­rante concur­rents s’y fai­saient pié­ger, beau­coup à cause de pro­blèmes de sur­chauffe, comme Cha­bot, Pa­tis­sier...

Quant à Ro­ma, il y pul­vé­ri­sait sa BMW. Ve­naient en­suite des spé­ciales chi­liennes longues et cas­santes, fai­sant beau­coup souf­frir les voi­tures. Bref, ce dé­but de course était éprou­vant, mais per­sonne ne s’en plai­gnait. Du cô­té de la course en tête, les BMW ont prou­vé qu’elles pou­vaient al­ler vite, sur­tout Stéphane Pe­te­rhan­sel. Mais une panne de trans­mis­sion ar­rière lui fai­sait perdre plus de deux heures dans la cin­quième étape. Pas de quoi ce­pen­dant cas­ser le mo­ral de Stéphane, qui re­par­tait crâ­ne­ment à l’at­taque le len­de­main. Chez VW, les pi­lotes des Race Toua­reg n’avaient connu que de pro­blèmes mi­neurs, sauf Gi­niel de Villiers, plu­sieurs fois re­tar­dé. Quant au Bré­si­lien Mau­ri­cio Neves, il ex­plo­sait sa VW dans une sai-

gnée. La bonne sur­prise ve­nait de la ré­gu­la­ri­té et de la fia­bi­li­té des Mit­su­bi­shi Ra­cing Lan­cer, Car­los Sou­sa se mon­trant le plus ra­pide des pi­lotes du team JMB Stra­dale Off Road. Quant à Rob­by Gor­don, il al­ter­nait les hauts et les bas, rem­por­tant une spé­ciale mais étant éga­le­ment re­tar­dé par plu­sieurs cre­vai­sons… Du cô­té des « pri­vés », Ho­lowc­zyc (Nissan Na­va­ra), La­vieille (pro­to Des­soude), Hen­rard et son vieux bug­gy VW Ta­rek ain­si que Er­ran­do­nea (bug­gy SMG) s’étaient mis en exergue du­rant les pre­miers jours de course. En Ar­gen­tine comme au Chili, le ral­lye a re­çu le même cha­leu­reux ac­cueil, mais les spec­ta­teurs étaient un peu moins nom­breux, l’ef­fet de cu­rio­si­té ne jouant plus. Du cô­té de l’or­ga­ni­sa­tion, les dé­fauts de la pré­cé­dente édi­tion ont été ré­so­lus, la ri­gueur ré­gnant chez les of­fi­ciels, avec des dé­ci­sions guère contes­tables. Lorsque ces lignes étaient écrites, le ral­lye avait at­teint son point le plus ex­trême au nord du Chili. Mal­gré la proxi­mi­té du Tro­pique, la tem­pé­ra­ture était plus agréable qu’au coeur de l’Ar­gen­tine, à cause de la proxi­mi­té de l’Océan Pa­ci­fique. Ga­geons que d’ici Bue­nos Aires, le ral­lye va en­core vivre quelques mo­ments chauds, aus­si bien sur le plan spor­tif que cli­ma­tique…

En tête de la course et en me­sure de contrô­ler les VW, Pe­te­rhan­sel a, hé­las, été tra­hi par la mé­ca­nique de son BMX X3. Une foule nom­breuse s’est dé­pla­cée pour as­sis­ter au dé­part et aux pre­mières spé­ciales. Cin­quième l’an pas­sé, Ho­lowc­zyc pour­rait de...

Car­los Sainz oc­cupe la place de lea­der au soir de la 6e étape. Mais Bue­nos Aires est en­core loin…

Après deux pre­mières jour­nées en de­mi-teinte, Gor­don a fait par­ler la poudre. Il in­tègre le Top 5 et signe un Scratch.

Al Attiyah semble le mieux pla­cé pour ve­nir contes­ter la pre­mière place à Sainz.

Ro­ma (à gauche) et De Villiers, les deux grands per­dants des pre­miers jours de ce Da­kar 2010.

Les Mit­su­bi­shi ex-of­fi­cielles du Team JMB Stra­dale ont ani­mé le dé­but de course.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.