La­da : le re­tour

4x4 Magazine - - Rencontre - Julien Re­na­vand.

Après une pa­ren­thèse de quelques mois, la dis­tri­bu­tion de La­da, et donc de l’in­usable Ni­va, 4x4 my­thique de la marque russe, vient de re­prendre en France. Ren­contre avec Ivan Ti­kho­mi­rov, le nou­veau Pré­sident de La­da France SAS.

Pré­sen­tez-nous la so­cié­té La­da France.

La­da France SAS est une fi­liale d’Av­to­vaz via l’an­tenne de Chypre. Tous les ac­tion­naires de La­da France SAS sont des cadres d’Av­to­vaz. Nous sommes dans le même sché­ma que pré­cé­dem­ment, à la dif­fé­rence que nous dé­pen­dions de La­da In­ter­na­tio­nal. Avant, nous étions sous forme de di­rec­toire alors que nous somme au­jourd’hui sous forme de so­cié­té sim­pli­fiée.Ac­tuel­le­ment, l’équipe de La­da France est com­po­sée de dix per­sonnes et nous em­ployons une di­zaine d’in­té­ri­maires.A no­ter que nous nous oc­cu­pons éga­le­ment de la Bel­gique.

Le ré­seau La­da reste-t-il le même qu’au­pa­ra­vant ?

Evi­dem­ment, le ré­seau ac­tuel s’ap­puie sur les an­ciens dis­tri­bu­teurs. La qua­si­to­ta­li­té d’entre eux a de­man­dé à re­de­ve­nir dis­tri­bu­teur La­da. C’est la même chose pour les ré­pa­ra­teurs, puisque nous fonc­tion­nons avec ces deux ca­té­go­ries. Nous de­vions pro­po­ser à cet an­cien ré­seau la mise en place d’un contrat. Mais ce n’est pas pour au­tant que nous al­lons va­li­der la to­ta­li­té. Nous avons nos cri­tères sé­lec­tifs, en re­vanche nous n’avons pas de nu­me­rus clau­sus, nous ne li­mi­tons pas en nombre.

Com­bien de dis­tri­bu­teurs et ré­pa­ra­teurs vi­sez-vous pour la France?

Notre ob­jec­tif est d’at­teindre cent dis­tri­bu­teurs en France, trente pour la Bel­gique. Pour ces dis­tri­bu­teurs, le mes­sage que nous vou­lons trans­mettre, c’est que nous dé­si­rons des conces­sions La­da, pas des conces­sions Ni­va.At­ten­tion, nous n’avons pas l’in­ten­tion d’aban­don­ner notre 4x4, qui est pour nous le vé­hi­cule ré­fé­rence de la marque, mais nous avons l’in­ten­tion de mettre aus­si en avant les gammes Prio­ra et Ka­li­na. D’ailleurs, je crois que notre ré­seau a éga­le­ment bien com­pris que nous n’avons nul­le­ment l’in­ten­tion de res­ter une sous­marque dans leur conces­sion, une marque d’ap­point. Pour ce­la, ils de­vront ex­po­ser des mo­dèles dans leur show-room. Charge à nous de leur don­ner des pro­duits et sur­tout des ou­tils, pour com­mu­ni­quer, des pro­po­si­tions com­mer­ciales… Et éga­le­ment, nous vou­lons à nou­veau être pré­sent dans des ré­gions et même des villes ou ne sommes plus à l’heure ac­tuelle.

Pou­vez-vous nous par­ler du 4x4 de votre gamme, la Ni­va ?

C’est un mo­dèle que nous com­mer­cia­li­sons en quatre dé­cli­nai­sons : es­sence ou GPL, en VP et en VU. Ce der­nier n’a pas évo­lué en gamme de prix. Pour ai­der le ré­seau, nous ve­nons de lan­cer une opé­ra­tion toit ou­vrant et ré­tro­vi­seurs élec­triques pour 1 € sur cent véhicules.

Ce mo­dèle a-t-il évo­lué ?

Ce 4x4 reste le même. Mais il va for­cé­ment évo­luer. Nous avons, par exemple, com­men­cé les ho­mo­lo­ga­tions Eu­ro V.

La­da a-t-il un projet pour un nou­veau Ni­va ?

Au­jourd’hui, pour­quoi chan­ger cette voi­ture qui a sa clien­tèle et qui peut en­core du­rer au moins jus­qu’à l’en­trée en vi­gueur de la norme «choc pié­ton» en 2014 ? Tant qu’elle a sa place dans le pay­sage au­to­mo­bile, nous avons la vo­lon­té de de­man­der au construc­teur Av­to­vaz de conser­ver ce mo­dèle. Pour la suite, nous n’ima­gi­nons pas que La­da, dont l’image s’est faite en grande par­tie grâce au 4x4 en Eu­rope, ne pos­sède plus ce type de vé­hi­cule dans sa gamme.

La Ni­va, la grand-mère russe, re­vient aux af­faires. En cette fin d’an­née, La­da France pro­pose pour 1 € de plus le toit ou­vrant et les ré­tro­vi­seurs élec­triques sur 100 mo­dèles.

Ivan Ti­kho­mi­rov, Pré­sident de La­da France SAS.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.