Le client est roi

4x4 Magazine - - Essai Reportage - Adrien Cor­te­si, texte & pho­tos.

Ou­blions toute no­tion fi­nan­cière. Nous sommes à bord d’un ru­ti­lant G 350 CDI. Et si l’on pas­sait chez le pré­pa­ra­teur Mer­cedes at­ti­tré pour en faire LE Classe G de nos rêves ? Di­rec­tion Af­fal­ter­bach pour un voyage ou (presque) tout est per­mis…

L’in­tem­po­rel 4x4 de Mer­cedes re­voit son ap­pel­la­tion tout en res­tant in­chan­gé. C’est tou­jours un pri­vi­lège que de prendre le vo­lant d’un Classe G. Aus­si res­pec­table soit-il, ce mo­dèle break long peut aus­si pas­ser pour un clin­quant cor­billard aux yeux du grand pu­blic. Qu’im­porte, nous sommes en route pour Af­fal­ter­bach, fief de l’en­seigne AMG. C’est d’ailleurs le G qui ap­pa­raît le plus su­jet à la per­son­na­li­sa­tion. Voyons ce qu’AMG va pou­voir nous concoc­ter ! En at­ten­dant, près de 600 ki­lo­mètres res­tent à par­cou­rir.

Une classe à part

En par­tant d’un vé­hi­cule pour le moins rus­tique et uti­li­taire, Mer­cedes est par­ve­nu à l’op­ti­mi­ser au gré des évo­lu­tions tech­niques sans pour au­tant gre­ver ses qua­li­tés in­trin­sèques en tout-terrain. Les portes « claquent » comme une voi­ture des an­nées 80 tan­dis qu’à l’in­té­rieur, le cuir et le bois pré­cieux sont om­ni­pré­sents, et ce jus­qu’en haut du ta­bleau de bord. La po­si­tion de conduite très haut per­chée au­to­rise une ex­cel­lente po­si­tion de conduite, grâce aus­si à des ré­glages de sièges au mil­li­mètre. L’iso­la­tion se ré­vèle soi­gnée si l’on tient compte d’un co­ef­fi­cient de pé­né­tra­tion dans l’air pas vrai­ment idéal. Le ni­veau so­nore rai­son­nable à basse vi­tesse de­vient très vite consé­quent une fois sur l’au­to­route, même à 130 km/h. La consom­ma­tion moyenne su­bit lo­gi­que­ment le même phé­no­mène… Pour­tant, le G reste un vé­hi­cule confor­table ! Au péage, la vi­gou­reuse ac­cé­lé­ra­tion laisse échap­per un im­por­tant souffle de tur­bo as­sez in­ha­bi­tuel et sym­pa­thique. Pas­sé la fron­tière al­le­mande, un faux plat dans le sens du vent pro­pulse notre G 350 à 190 km/h.Ar­ri­vés dans la pe­tite zone in­dus­trielle d’Af­fa­tel­bach, tous les mo­dèles de la gamme AMG se dis­tinguent d’em­blée. D’une ca­landre plon­geante ra­sant le sol aux galbes bien trem­pés d’un ML 63, cette flotte de Mer­cedes pas comme les autres illu­mine le re­gard et flatte l’oreille dès le dé­mar­rage d’un V8. On compte au­jourd’hui 15 mo­dèles, tous conçus dès les pré­mices d’un projet en concer­ta­tion avec les in­gé­nieurs Mer­cedes. Ce­la per­met d’op­ti­mi­ser le dé­ve­lop­pe­ment et de fa­ci­li­ter l’ho­mo­lo­ga­tion fi­nale. C’est l’une des clés

d’un tel abou­tis­se­ment. Bon nombre de pré­pa­ra­teurs concur­rents doivent quant à eux par­tir d’un mo­dèle ache­vé, et par consé­quent ne peuvent être qua­li­fiés de vé­ri­tables constructe­urs.Tout a com­men­cé ici il y a plus de 40 ans par une pe­tite en­tre­prise spé­cia­li­sée dans le dé­ve­lop­pe­ment des mo­teurs de com­pé­ti­tion. L’an­née 1990 est mar­quée par un ac­cord de coo­pé­ra­tion avec Daim­ler-Benz, d’où la nais­sance du pre­mier mo­dèle dé­ve­lop­pé conjoin­te­ment, la C 36 AMG. Au­jourd’hui, le pré­pa­ra­teur gé­nère plus de 20 000 uni­tés par an pour une équipe d’en­vi­ron 750 tra­vailleurs. Le vaste ate­lier mo­teur où sont as­sem­blées les mo­to­ri­sa­tions 55 Kom­pres­sor et 63 frappe par son ni­veau de tech­no­lo­gie, tout en lais­sant la part belle à la main hu­maine. Pro­pre­té et ri­gueur semblent être les mots d’ordre. L’équipe se voit dy­na­mi­sée par la pas­sion en­traî­nant un ni­veau d’exi­gence à la hau­teur du ré­sul­tat. L’assemblage sui­vi de A à Z par le même tech­ni­cien qui signe à la fin en ap­po­sant sa plaque, ap­porte une force sup­plé­men­taire dans la lé­gi­ti­mi­té. Un écran de contrôle in­dique 47 mo­teurs as­sem­blés au­jourd’hui soit un ob­jec­tif lé­gè­re­ment dé­pas­sé.Après plu­sieurs phases de test (ro­dage à sec, étan­chéi­té, etc), le mo­teur est en­voyé sur les chaînes de mon­tage Mer­cedes-Benz.

Pas de mau­vais goût, le goût est ce­lui du client

Toutes les trans­for­ma­tions sont pos­sibles, à condi­tion qu’elles ne mo­di­fient pas la sé­cu­ri­té et, par consé­quent, l’ho­mo­lo­ga­tion. Mo­teur et struc­ture ne peuvent être mo­di­fiés… sauf si le client est prêt à ache­ter la di­zaine d’exem­plaires né­ces­saires pour va­li­der la voi­ture de ses rêves, alors oui, c’est pos­sible. Mais la fo­lie à des li­mites. Quoi que… Si AMG n’a pas sou­hai­té com­mu­ni­quer sur les ta­rifs de per­son­na­li­sa­tion « à la carte », on ima­gine des sommes toutes plus as­tro­no­miques en fonc­tion des de­mandes tout aus­si dé­me­su­rées. De­puis 2006, l’ate­lier Per­for­mance Stu­dio traite es­sen­tiel­le­ment de la car­ros­se­rie et des in­té­rieurs, et ré­pond aux at­tentes spé­ci­fiques du client. Sus­pen­sions, frei­nage, ponts au­to­blo­quants ou en­core équi­pe­ment in­té­rieur per­son­na­li­sé, tout est réa­li­sable dans les moindres dé­tails.Très en vogue ac­tuel­le­ment, la car­ros­se­rie mate séduit par son as­pect fu­tu­riste. Quant au choix d’étranges com­bi­nai­sons de cou­leurs, «l’im­por­tant reste le goût du client».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.