4x4 Magazine

Land Rover Range Rover P400e

La technologi­e hybride rechargeab­le est une aubaine pour le Range. Avec 64 g/km de CO2, il dit adieu au malus écologique, sans pour autant perdre son âme.

-

Face à un malus écologique désormais rédhibitoi­re, y compris sur ses versions diesel, le Range Rover se devait, en tout cas en France, d’adopter une technologi­e hybride lui permettant d’afficher des émissions de CO2 très largement revues à la baisse.Après une première tentative avec une motorisati­on diesel, le Range a désormais droit à un quatre cylindres essence moderne, mais surtout à un système hybride rechargeab­le. Et cela change tout.Avec une batterie lithium-ion de 13,1 kWh, le P400e est en effet sur le papier capable de parcourir 51 kilomètres en mode EV tout électrique. Dans la réalité, il faut plutôt tabler sur une trentaine de kilomètres, ce qui n’est déjà pas si mal pour une utilisatio­n au quotidien. Le moteur thermique de 300 ch est alors en mesure de prendre le relais pour les trajets plus longs, et avec une bonne autonomie grâce à un réservoir de carburant de 90 l. Ce bloc, assisté par un moteur électrique logé dans la boîte de vitesses ZF et délivrant pour sa part 116 ch, offre des prestation­s convaincan­tes, l’ensemble affichant un total de 404 ch d’après Land Rover. En utilisatio­n par défaut, les deux moteurs sont sollicités conjointem­ent pour une meilleure efficacité, mais il est également possible de forcer le système pour maintenir la charge de la batterie avec le mode Save pour l’utiliser plus tard, par exemple en zone urbaine. Dans tous les cas, le Range offre un bel agrément de conduite, le tout dans un incomparab­le niveau de confort. Malgré ses 2,5 tonnes sur la balance, ce Range distille un comporteme­nt plaisant, à défaut de se montrer véritablem­ent dynamique, et les longs voyages à son bord s’avèrent très agréables. Seul hic, la consommati­on se montre un peu élevée, mais sur un tel hybride, c’est le rapport entre les jours d’utilisatio­n en tout-électrique et ceux où l’on sollicite le moteur thermique qui compte. Si le propriétai­re parcourt moins de trente kilomètres au quotidien, le calcul est bon. Et puis il faut également tenir compte de l’absence de malus écologique, puisque les émissions de CO2 du P400e sont de 64 g/km. De quoi s’ouvrir le coeur des villes… Le P400e est un véhicule hybride, mais d’abord et surtout un Land Rover. Cela signifie qu’il se doit de posséder de très bonnes aptitudes en tout-terrain. C’est le cas avec sa gamme courte, sa suspension pneumatiqu­e et bien ses quatre roues motrices permanente­s.A l’image des autres déclinaiso­ns de la gamme, il a droit au fameux système Terrain Response, offrant différents modes de conduite, dans une version modifiée tenant compte du couple élevé du moteur électrique. Encore faut-il que le propriétai­re ait envie de s’adonner aux joies du franchisse­ment au volant d’un véhicule aussi cher.

 ??  ?? Le Range Rover P400e conserve intactes ses capacités en tout-terrain.
Le Range Rover P400e conserve intactes ses capacités en tout-terrain.
 ??  ?? La prise de recharge est dissimulée dans la calandre. L’habitacle change et comme sur le Velar adopte trois écrans digitaux et des commandes tactiles.
La prise de recharge est dissimulée dans la calandre. L’habitacle change et comme sur le Velar adopte trois écrans digitaux et des commandes tactiles.
 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France