Mer­cedes G 4x42

Avant l’ar­ri­vé du nou­veau G, le G 500 4x42 do­mi­nait tout sim­ple­ment le monde du tout-ter­rain par ses ca­rac­té­ris­tiques et per­for­mances hors normes.

4x4 Magazine - - Sommaire -

Les spec­ta­cu­laires ponts por­tiques his­sant la garde au sol à près de 44 cm et la hau­teur hors tout à plus de 2,20 m. Le tout sur des roues im­menses de 22’’. En­fin, le mo­derne V8 bi­tur­bo af­fole les chro­nos, ce mas­to­donte frô­lant les trois tonnes et les 210 km/h. Au­tant vous dire que ça dé­mé­nage, même s’il faut com­po­ser avec le poids de la bête mal­gré un sys­tème de frei­nage sur­di­men­sion­né, et ses 2,10 m de large. Le conduc­teur du 4x42 doit néan­moins se mé­fier de l’élé­va­tion du centre de gra­vi­té, bien que les voies aient éga­le­ment été élar­gies.

Au som­met de son art

Do­té d’une garde au sol spec­ta­cu­laire culmi­nant à 438 mm, ce Mer­cedes re­pousse les li­mites d’une fiche tech­nique tout en­tière dé­diée au fran­chis­se­ment, avec un ré­duc­teur et sur­tout trois blo­cages.Ain­si pa­ré, rien ne lui ré­siste... à condi­tion d’op­ter pour la bonne confi­gu­ra­tion. En ef­fet, nous avons pu consta­ter que, dans le sable, sa ca­va­le­rie ne fai­sait pas bon mé­nage avec une gamme courte en­gen­drant ins­tan­ta­né­ment un fort pa­ti­nage, qui creuse plu­tôt qu’il ne pro­pulse. Mieux vaut donc res­ter en longue, la gé­né­ro­si­té du V8 bi­tur­bo fai­sant le reste. D’ailleurs, sauf dans une zone tria­li­sante im­po­sant d’évo­luer au pas, le re­cours à la ré­duc­tion de­vient l’ex­cep­tion. Sur piste, les vel­léi­tés d’ex­ploi­ta­tion de la puis­sance sont vite li­mi­tées par la fer­me­té d’un amor­tis­se­ment pour­tant ré­glable qui vous se­coue « comme des pru­niers », et de nou­veau par l’im­por­tance de la hau­teur de caisse, in­vi­tant à la pru­dence lors des brusques chan­ge­ments de cap. Hors de prix, ce G se doit de faire de son mieux en ma­tière d’équi­pe­ment. Un vé­ri­table chal­lenge pour les in­gé­nieurs de la marque qui com­posent avec une caisse conçue dans les an­nées 70 et, de plus, comme un vé­hi­cule mi­li­taire ! Dans cet ha­bi­tacle étroit et cu­bique, dont toutes les vitres sont planes, ils font donc le maxi­mum pour pro­po­ser le meilleur.Ain­si, le cuir et les in­serts car­bone pul­lulent à bord au sein d’un pack de­si­gno com­pre­nant éga­le­ment des sièges avant Sport aux mul­tiples fonc­tions. De quoi tran­cher avec une ban­quette ar­rière 2/3-1/3 ne sem­blant pas sus­ci­ter beau­coup d’at­ten­tion, au contraire d’une planche de bord qui se pare de la do­ta­tion tech­no­lo­gique la plus com­plète pos­sible. De toute fa­çon, les seules op­tions concernent la pein­ture, sim­ple­ment mé­tal­li­sée en l’échange tout de même de 5 000 €, et pou­vant at­teindre 22 000 € pour le jaune spé­ci­fique de lan­ce­ment... Un autre monde !

Avant d’être rem­pla­cé le G en ver­sion 4x42 a mar­qué les es­prits par son style in­croyable et ses ex­cep­tion­nelles qua­li­tés de fran­chis­seur.

La fi­ni­tion est sans cri­tique mais le manque d’es­pace est criant dès les pre­miers ki­lo­mètres en Mer­cedes G.

Les dif­fé­ren­tiels se bloquent dans cet ordre : cen­tral, ar­rière et avant.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.