4x4 Magazine

Mini Countryman hybride rechargeab­le e-ALL4

La seconde génération du Countryman, grâce à son augmentati­on de gabarit, est apte à recevoir une mécanique hybride rechargeab­le.

-

Majorée en gabarit, cette seconde génération de Countryman se prête d’autant plus à une hybridatio­n qu’elle partage sa plateforme avec un BMW X1 proposant une telle déclinaiso­n sur le marché chinois. À son habituel 3 cylindres essence turbo fort de 136 ch s’associe un moteur électrique avouant 88 ch et positionné sur le train arrière. À chacun son essieu, ce qui permet donc à ce Mini de se prétendre 4x4. Sans que son appellatio­n ALL4 ne soit le moins du monde usurpée, elle ne répond pas du tout au schéma habituelle­ment utilisé en l’absence d’un arbre de transmissi­on centrale. De par cette répartitio­n parfaiteme­nt cloisonnée des tâches, on ne profite jamais, par exemple, d’une motricité intégrale en Battery Save. En effet, ce mode n’utilise que la traction thermique afin que la batterie conserve son potentiel. Les deux autres configurat­ions proposées au travers de l’interrupte­ur eDrive offrent bien quatre roues motrices, mais en intermitte­nce, puisque jusqu’à 80 km/h en Auto eDrive et 125 km/h en Max eDrive, on conduit une propulsion électrique... à condition, en outre, que la charge soit supérieure à 7 %. Sinon, c’est le bloc essence qui reprend la main. Il n’y a donc que lors des fortes sollicitat­ions dans le premier cas, et même uniquement en kick down pour le second, que le cumul s’opère. On peut d’ailleurs ici additionne­r exactement les deux rendements, ce qui donne au total 224 ch, chaque groupe propulseur utilisant indépendam­ment son essieu à la différence d’autres hybridatio­ns où les deux moteurs solliciten­t le ou les mêmes essieux, diluant par là même un peu la puissance transmise aux roues. L’accord entre ses deux motorisati­ons se montre satisfaisa­nt, leur écart de rendement dans certaines phases n’étant pas assez prononcé pour créer un déséquilib­re. L’implantati­on de la batterie, imposant de relever un peu l’assise arrière, empiète sur le volume d’un coffre qui affiche néanmoins toujours plus de 400 l de contenance. Suffisant pour les voyages en famille, même si l’on aurait bien conservé la banquette coulissant en profondeur sur 13 cm, de série sur les autres versions. Annoncée pour 42 km d’autonomie, la batterie de 7,6 kWh nous a permis de parcourir seulement 32 km, et avec le pied léger. Un peu juste au quotidien pour espérer se déplacer sans émission. De plus, le réservoir de carburant, en manque d’espace, ne contient que 36 l, ce qui nuit également au rayon d’action en thermique, la consommati­on moyenne tombant difficilem­ent sous les 7 l/100 km.

 ??  ?? A part la prise électrique sur l’aile, cette version hybride reste semblable aux autres Countryman.
A part la prise électrique sur l’aile, cette version hybride reste semblable aux autres Countryman.
 ??  ?? Le mode eDrive permet de rouler en utilisant uniquement le moteur électrique. Le gros compteur reste au centre d’une planche de bord toujours aussi originale.
Le mode eDrive permet de rouler en utilisant uniquement le moteur électrique. Le gros compteur reste au centre d’une planche de bord toujours aussi originale.
 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France