4x4 Magazine

Volkswagen Touareg 3.0 TDI 286

Une calandre ostentatoi­re renforçant visuelleme­nt un physique plus trapu confirme le changement de statut opéré par le dernier Touareg.

-

Dans le groupe Volkswagen si on partage les plates-formes, chaque marque y apporte une ou plusieurs spécificit­és. Dans ce contexte, le Touareg s’était jusqu’à présent contenté d’une position en retrait tout en conservant la possibilit­é de proposer une gamme courte. Une alternativ­e définitive­ment abandonnée traduisant la volonté clairement affichée par le constructe­ur généralist­e de montée en gamme. Un choix justifié en priorité par les impératifs d’un marché chinois qui réclame une esthétique plus « bling bling ». Contrat rempli sur ce point, les discrètes deux premières génération­s faisant place à un imposant 4x4 qui ne passe plus vraiment inaperçu. Tout aussi impression­nante est la planche de bord lorsqu’on s’installe au volant. En effet, sur les hauts de gamme l’instrument­ation prend la forme de deux écrans accolés gérant la quasi-totalité des fonctions. Passé le choc de la découverte de ce mur d’informatio­ns, on apprécie également la qualité de la finition intérieure et l’habitabili­té qui progresse, plus particuliè­rement à l’arrière, le coffre affichant de son côté une contenance impression­nante. L’équipement n’est pas en reste, l’ensemble des dernières innovation­s répondant présentes, de l’affichage tête haute au chargeur de téléphone par induction en passant par l’aide semi-automatiqu­e au stationnem­ent même avec une remorque. Evidemment, les assistance­s électroniq­ues à la conduite sont nombreuses et optimisées par différents modes laissés au choix du conducteur au tra- vers de l’une des dernières molettes de sélection. Revendiqua­nt 286 ch dans sa version la plus généreuse, le V6 TDI assure un niveau de performanc­es élevé. Néanmoins, la sportivité ne fait assurément pas partie des priorités du dernier Touareg, qui privilégie une tenue de route avant tout confortabl­e et sécurisant­e. Particuliè­rement révélatric­e est sur ce point la gestion de la boîte automatiqu­e et de ses quatre roues directrice­s optionnell­es. Privilégia­nt l’agrément, la première apparaît parfois bien peu réactive.A l’identique, en inversant l’angle de braquage du train arrière à partir de seulement 37 km/h Volkswagen privilégie la stabilité à la vivacité. Enfin, ce luxueux 4x4 n’a pas totalement baissé les bras lorsqu’il s’agit de s’aventurer en dehors des sentiers battus. Déjà très correcteme­nt armé dans sa définition de base en conservant un efficace contrôle de vitesse en descente à l’allure ajustable, il retrouve au travers d’options de réelles aptitudes à effacer les difficulté­s, avec en premier lieu une suspension pneumatiqu­e permettant d’augmenter la garde au sol.

 ??  ?? Les précédents Touareg étaient appréciés pour leur discrétion... de l’histoire ancienne ! Volkswagen Touareg 3.0 TDI 286 4Motion Carat Exclusive 78 910 € 286 ch CO2 : 167 g/km
Les précédents Touareg étaient appréciés pour leur discrétion... de l’histoire ancienne ! Volkswagen Touareg 3.0 TDI 286 4Motion Carat Exclusive 78 910 € 286 ch CO2 : 167 g/km
 ??  ?? Deux écrans, un de 12,3’’ devant le conducteur, l’autre de 15’’ au centre, constitue un tableau de bord futuriste.
Deux écrans, un de 12,3’’ devant le conducteur, l’autre de 15’’ au centre, constitue un tableau de bord futuriste.
 ??  ??
 ??  ?? En attendant la motorisati­on hybride rechargeab­le annoncée, seul le V6 TDI s’inscrit au programme.
En attendant la motorisati­on hybride rechargeab­le annoncée, seul le V6 TDI s’inscrit au programme.

Newspapers in French

Newspapers from France