Les dé­co­ra­teurs du mo­ment s’ex­posent à AD In­té­rieurs

L’ex­po­si­tion, conçue par AD dans un hô­tel par­ti­cu­lier du xviie siècle en­core ja­mais ou­vert au pu­blic, ac­cueille les ta­lents qui re­nou­vellent la dé­co­ra­tion contem­po­raine.

AD - - Le Sommaire - Yan­nick La­brousse Cé­dric Saint An­dré Per­rin PHO­TOS TEXTE

Dans un hô­tel par­ti­cu­lier du XVIIe ja­mais ou­vert au pu­blic, AD ac­cueille les ta­lents qui re­nou­vellent la dé­co­ra­tion contem­po­raine.

C’est de­ve­nu le ren­dez-vous de la ren­trée. Chaque an­née de­puis 2010, le ma­ga­zine met en scène le tra­vail des ar­chi­tectes d’in­té­rieur qui, à tra­vers des dé­cors in­édits, ex­priment leur style et leur sa­voir-faire au­tant qu’ils dé­voilent les ten­dances no­va­trices de la dé­co­ra­tion du mo­ment. Cer­tains ta­lents dé­ve­loppent une es­thé­tique mi­ni­male, d’autres ont une ap­proche plus bo­hème mais, cette an­née, un nou­veau clas­si­cisme gra­phique se dé­gage des dif­fé­rentes pro­po­si­tions. Les ar­chi­tectes d’in­té­rieur confir­més cô­toient les créa­teurs en de­ve­nir, cette di­ver­si­té d’ex­pres­sions et de pro­fils donne toute sa ri­chesse à l’ex­po­si­tion.

Au fil des ans, la ma­ni­fes­ta­tion a voya­gé. Inau­gu­rée dans les salles de vente de la mai­son Art­cu­rial, elle s’est par la suite te­nue sous la nef du mu­sée des Arts Dé­co­ra­tifs, puis à la Mon­naie de Pa­ris. Elle s’ins­talle du

5 au 23 sep­tembre en un bâ­ti­ment éri­gé entre

1472 et 1481 pour ac­cueillir la pre­mière fa­cul­té de mé­de­cine de Pa­ris. Un édi­fice com­plé­té au xvie siècle par un se­cond corps de bâ­ti­ment, et un am­phi­théâtre au­jourd’hui clas­sé mo­nu­ment his­to­rique. Ce site ex­cep­tion­nel se­ra ame­né à de­ve­nir,

au pre­mier se­mestre 2019, la Com­pa­gnie des Phi­lan­thropes : un lieu de ren­contre unique entre mé­cènes, por­teurs de pro­jets, as­so­cia­tions et bé­né­voles dé­ve­lop­pé par la Com­pa­gnie de Phals­bourg afin de fa­vo­ri­ser l’émer­gence de nou­veaux pro­jet s phi­lan­thro­piques. Ac­tuel­le­ment en cours de tra­vaux, le site ne bé­né­fi­cie pas en­core de son agen­ce­ment dé­fi­ni­tif si­gné Ra­my Fi­schler. Dans un es­prit vi­site de chan­tier, les par­ties com­munes – en­trée, es­ca­lier et pa­liers – sont donc vo­lon­tai­re­ment lais­sées brutes, non en­core f in­ali­sées, pen­dant le dé­rou­le­ment d’AD In­té­rieurs. De même, par le biais d’un prin­cipe de pa­lis­sades et de jeux de construc­tions, les es­paces dé­diés aux par­te­naires de l’ex­po­si­tion, agen­cés par le scé­no­graphe Vas­ken Yé­ghiayan, jouent sur une es­thé­tique « work in pro­gress ». Au trai­te­ment « rough » de ces sur­faces s’op­posent les écrins très ache­vés des dé­co­ra­teurs. Qu’il s’agisse de chambres, sa­lons ou salle de bains, les ar­chi­tectes d’in­té­rieur pré­sentent des dé­cors d’un ni­veau de fi­ni­tion équi­valent à ceux d es chan­tiers li­vrés à leurs clients. Dé­ve­lop­pés avec l’aide des meilleurs ar­ti­sans – peintres, staf­feurs ou fres­quistes – ces es­paces, qu’ils re­lèvent d’une es­thé­tique ri­go­riste ou d’une ap­proche luxueuse, dé­coulent tous de prouesses tech­niques. Tout n’est donc que contrastes entre zones in­ache­vées lais­sées brutes et dé­cors pré­cieux. « Brut et Pré­cieux » , la thé­mat ique même d’AD In­té­rieurs 2018.

AVANT L’EX­PO­SI­TION, la cage d’es­ca­lier d’es­prit Art nou­veau, en­core en tra­vaux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.