AD

Dans cette maison d’architecte décorée par Frédéric Méchiche dans les années 1980 et entièremen­t tournée vers l’art, nous avons intégré quelques objets et pièces de créateurs contempora­ines.

-

Noyée dans une végétation de palmiers, pins, arquebusie­rs, ca us et oliviers, la maison e invisible. On ne la discerne ni depuis la mer ni depuis la route, pas même en avion, son toit ayant été végétalisé. De ses baies vitrées, l’on perçoit pourtant le li oral, la baie de Nice, jusqu’aux côtes italiennes. « L’emplacemen­t, en haut d’une colline, e vraiment magique. D’emblée, il no a semblé important de préserver le site au maximum, d’intégrer pleinement l’archite ure aux a érités du terrain », assure le décorateur Frédéric Méchiche, à qui l’on doit ce e villa résolument contempora­ine, conçue avec l’aide de l’archite e niçois Luc Svetchine dans les années . On trouve donc des roches bordant de part et d’autre les marches de l’escalier dans l’entrée, quand les poutrelles de béton des patios encerclent des pins parasols. « L’idée d’une l’archite ure d’e rit brutal te s’e assez vite imposée. Ma plutôt que d’aplanir le sol, no avons joué sur les dénivelés du terrain en développan­t une

archite ure en paliers, avec di érent niveaux. La demeure se révèle fort va e ma , pour pl d’intimité, elle se div e en une multitude de petits e aces à taille humaine, dans une idée de promenade intérieure. »

Sous le signe de l’art

Au fi l des déambulati­ons on découvre au travers des baies, verrières et portes vitrées di érents points de vue sur le paysage, moult sculptures, in allations et autres tableaux. Nous sommes chez un couple d’amateurs d’art contempora­in, grands colle ionneurs de Louise Bourgeois, Yves Klein, Gabriel Orozco ou encore Lucio Fontana. Des passionnés allant jusqu’à commission­er des oeuvres in situ aux arti es pour agrémenter leur demeure. « Le r que, au regard de la qualité et de l’abondance des pièces, était de se sentir dans une galerie ou un m ée. Le découpage morcelé de l’e ace insu e une grande intimité aux lieux. » Rien n’e figé, au fi l des ans et des acquisitio­ns des propriétai­res, l’agencement e reconfigur­é, les oeuvres déplacées, la villa repensée. « J’ai réal é di érentes demeures de par le monde pour ce couple, des ma ons de yle très divers, avec pour seule con ance leur amour de l’art. »

Frédéric Méchiche, qui o cie depuis les années et aujourd’hui avec plus de parcimonie, se plaît à ne jamais se répéter. « En chaque projet c’e la écificité d’un lieu et la personnali­té des clients qui m’in irent. »

Qu’il s’agisse d’un château du siècle, d’une villa ou d’un penthouse new-yorkais, toujours ce grand nom de la décoration se di ingue par son yle graphique, archite uré, un brin dramatique, même dans les libres associatio­ns d’oeuvres, de meubles et d’objets de cet e rit indépendan­t. « Depu toujours, je travaille seul : des premiers croqu aux plans en passant par les rend gouachés, je fa tout. Cela me permet de m’inve ir j que dans les moindres détails. » Ce e résidence sur la Côte d’Azur s’inscrit pour Frédéric Méchiche dans une volonté de simplicité sophi iquée. « Il n’y a pas de décoration à proprement parler, ce sont les éléments ru urels qui défin sent l’atmo hère », dit-il. Murs en béton brut qui accrochent la lumière, sols en granit martelé, poutres métallique­s laquées de noir et mobilier épuré s’e acent afin de me re en valeur les oeuvres et les vues sur le paysage. « C’e une ma on dédiée à l’art et à l’art de vivre ! » Un ra nement poussé fort loin dans sa conception archite urale : dans la salle de bains de la suite principale, la douche e axée pour profiter du soleil levant quand la baignoire permet de jouir de son coucher.

e

Newspapers in French

Newspapers from France