Trump son­ne­ra-t-il sonn la charge contre le cli­mat ?

Le nou­veau pré­sident amé­ri­cain a dé­ci­dé de cas­ser la po­li­tique en­vi­ron­ne­men­tale de son pré­dé­ces­seur. Mais son pou­voir de nui­sance a des li­mites.

Alternatives Economiques - Hors-Série - - Sommaire - GISSELA LAN­DA, PAUL MALLIET ET AU­RÉ­LIEN SAUSSAY* Eco­no­mistes à l’OFCE, dé­par­te­ment ana­lyse et pré­vi­sion.

L e né­ga­tion­nisme cli­ma­tique a consti­tué un axe ma­jeur de la cam­pagne de Do­nald Trump, qui a pris les clés de la Mai­son-Blanche le 20 jan­vier der­nier. Ral­liant à sa cause les mi­neurs de char­bon de la ré­gion des Ap­pa­laches, le can­di­dat Trump n’a ces­sé de mar­te­ler que les Etats-Unis ne pou­vaient se lais­ser en­tra­ver par des ac­cords in­ter­na­tio­naux de lutte contre un phé­no­mène qu’il juge ima­gi­naire. Si l’en­jeu n’était pas si grave, on s’amu­se­rait vo­lon­tiers de ses théo­ries fan­tai­sistes, se­lon les­quelles le chan­ge­ment cli­ma­tique est une in­ven­tion de la Chine des­ti­née à bri­mer l’in­dus­trie amé­ri­caine.

Cette pro­messe de cam­pagne au­rait pu, comme d’autres, res­ter lettre morte. Hé­las, en nom­mant un lob­byiste de l’in­dus­trie pé­tro­lière, qui plus est cli­ma­to-scep­tique no­toire, Scott Pruitt, à la tête de l’Agence amé­ri­caine de pro­tec- tion de l’en­vi­ron­ne­ment (EPA), Do­nald Trump semble bien vou­loir dé­man­te­ler la po­li­tique cli­ma­tique mise en place par l’ad­mi­nis­tra­tion Obama, tant au ni­veau na­tio­nal qu’in­ter­na­tio­nal.

LE POU­VOIR FÉ­DÉ­RAL NE PEUT PAS TOUT

En a-t-il pour au­tant les moyens ? Sur le plan do­mes­tique, la feuille de route du nou­vel exé­cu­tif est claire : d’une part, an­nu­ler le Clean Po­wer Plan [1] qu’avait in­tro­duit l’ad­mi­nis­tra­tion Obama pour fa­vo­ri­ser l’ex­ten­sion des re­nou­ve­lables dans la pro­duc­tion d’élec­tri­ci­té et, d’autre part, maxi­mi­ser la pro­duc­tion d’éner­gie fos­sile (char­bon, pé­trole et gaz de schiste) sur le ter­ri­toire amé­ri­cain afin d’at­teindre l’in­dé­pen­dance éner­gé­tique au plus tôt, no­tam­ment vis-à-vis du Moyen-Orient.

Pour ce qui concerne le sec­teur élec­trique, l’im­pact des mo­di­fi­ca­tions ré­gle­men­taires en­vi­sa­gées par le Pré­sident élu de­vrait res­ter li­mi­té. L’élec­tri­ci­té d’ori­gine re­nou­ve­lable a connu un es­sor re­mar­quable au cours des deux man­dats de Ba­rack Obama : de­puis 2008, la pro­duc­tion d’élec­tri­ci­té so­laire pho­to­vol­taïque a été mul­ti­pliée par 6, et la pro­duc­tion éo­lienne par 3,5. Au to­tal, la pro­duc­tion d’élec­tri­ci­té re­nou­ve­lable a aug­men­té de plus de 65 % sur la pé­riode, pour at­teindre 13 % de la pro­duc­tion to­tale d’élec­tri­ci­té aux Etats-Unis.

Cette ex­pan­sion ra­pide ré­sulte de la conju­gai­son de plu­sieurs fac­teurs : la mise en place d’im­por­tantes sub­ven­tions fé­dé­rales as­so­ciées à une ré­duc­tion mas­sive du coût de pro­duc­tion du kWh pho­to­vol­taïque ou éo­lien. La nou­velle ad­mi­nis­tra­tion amé­ri­caine ne peut in­ter­ve­nir que sur les sub­ven­tions fé­dé­rales. Or, il lui se­ra a prio­ri dif­fi­cile de sup­pri­mer ces sub-

Il faut es­pé­rer que l’Union eu­ro­péenne et la Chine sau­ront faire vivre l’ac­cord in­ter­na­tio­nal de Pa­ris sur le cli­mat

ven­tions vo­tées par un Con­grès dé­jà ré­pu­bli­cain en 2015. Ce­la est d’au­tant moins pro­bable que les prin­ci­paux bé­né­fi­ciaires se si­tuent dans les com­tés riches en gi­se­ments so­laires ou éo­liens, les bas­tions ré­pu­bli­cains du Kan­sas, du Texas et de l’Ari­zo­na.

Ces ten­dances lourdes dans le sec­teur élec­trique de­vraient rendre dif­fi­cile une re­nais­sance du char­bon aux EtatsU­nis, quelles que soient les vel­léi­tés de Do­nald Trump. Le char­bon est éga­le­ment en concur­rence avec le gaz na­tu­rel pour la pro­duc­tion d’élec­tri­ci­té. Le prix du gaz amé­ri­cain reste faible grâce à l’ex­trac­tion tou­jours sou­te­nue de gaz de schiste. Ces gaz de roche-mère contri­buent donc au moins au­tant que l’ex­ten­sion des re­nou­ve­lables au dé­clin du sec­teur char­bon­nier amé­ri­cain, ce qui n’em­pêche pas Do­nald Trump – ja­mais avare de contra­dic­tions – de sou­hai­ter en ac­croître la pro­duc­tion.

En­fin, il faut sou­li­gner qu’une part im­por­tante de la po­li­tique cli­ma­tique aux Etats- Unis se dé­fi­nit au ni­veau des Etats ou des mu­ni­ci­pa­li­tés. Plu­sieurs des prin­ci­paux ou­tils per­met­tant d’amé­lio­rer l’ef­fi­ca­ci­té éner­gé­tique (ur­ba­nisme, ré­gle­men­ta­tion ther­mique du bâ­ti­ment, trans­port pu­blic) re­lèvent de l’éche­lon lo­cal, sans in­ter­fé­rence pos­sible du pou­voir fé­dé­ral. Les nom­breuses ini­tia­tives prises dans ce sens par des mu­ni­ci­pa­li­tés au sein du club in­ter­na­tio­nal C40 Ci­ties ou des Etats, comme la Ca­li­for­nie par exemple, de­vraient être pré­ser­vées.

UNE IN­FLUENCE LI­MI­TÉE À L’IN­TER­NA­TIO­NAL

Reste la prin­ci­pale in­quié­tude : l’élec­tion de Do­nald Trump ne va-t-elle pas bri­ser l’élan in­ter­na­tio­nal né de l’ac­cord de Pa­ris pour co­or­don­ner la lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique ? Les doutes portent no­tam­ment sur l’at­ti­tude de la Chine. Avec l’ac­cord bi­la­té­ral si­gné avec Wa­shing­ton le 11 no­vembre 2014, elle s’était en­ga­gée à ré­duire ses émis­sions à par­tir de 2030 au plus tard, ce qui, avec l’an­nonce des Etats-Unis de ré­duire les leurs de 27 % à cette échéance, avait gran­de­ment fa­ci­li­té le suc­cès de l’ac­cord in­ter­na­tio­nal conclu un an plus tard, lors de la COP21.

Les pre­mières ré­ac­tions chi­noises à l’élec­tion de Do­nald Trump sont ras­su­rantes : Pé­kin a af­fir­mé en no­vembre der­nier ne pas vou­loir dé­vier des en­ga­ge­ments pris dans le cadre de la COP21. La Chine a au moins trois rai­sons de pour­suivre dans la voie qu’elle s’est fixée. Ré­duire les émis­sions de par­ti­cules fines is­sues du char­bon est de­ve­nu un en­jeu de san­té pu­blique ma­jeur dans les prin­ci­pales mé­tro­poles chi­noises. En­suite, en dé­ve­lop­pant un « lea­der­ship cli­ma­tique », la Chine peut ac­croître son in­fluence in­ter­na­tio­nale, pour­sui­vant ain­si l’af­fir­ma­tion de sa nou­velle puis­sance. En­fin, le dé­ve­lop­pe­ment mas­sif des éner­gies re­nou­ve­lables sur son ter­ri­toire lui per­met de consti­tuer un sa­voir-faire tech­no­lo­gique qui pour­ra en­suite être ex­por­té. La Chine est d’ailleurs d’ores et dé­jà le lea­der mon­dial des pan­neaux pho­to­vol­taïques.

Tou­te­fois, la volte-face des Etats-Unis sur le cli­mat pour­rait of­frir un sou­tien in­es­pé­ré aux pays émer­gents qui af­fir- ment ne pas pou­voir se dé­ve­lop­per sans uti­li­ser les res­sources en char­bon dont ils sont très ri­che­ment do­tés. C’est le cas de l’In­do­né­sie, de l’Afrique du Sud et, sur­tout, de l’Inde. Ces pays comp­taient par­mi les na­tions les plus ré­tives à l’ac­cord de Pa­ris. Ils peuvent dé­sor­mais trou­ver dans le Pré­sident Trump un al­lié de poids dans leur re­jet de la ré­duc­tion vo­lon­taire de leurs émis­sions. En­fin, comme pour d’autres su­jets phares de la droite po­pu­liste, l’élec­tion de Do­nald Trump pour­rait conduire à re­vi­go­rer le cou­rant cli­ma­to-scep­tique dans les pays dé­ve­lop­pés.

L’ar­ri­vée de Do­nald Trump à la tête des Etats- Unis est as­su­ré­ment une mau­vaise nou­velle pour la lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique. Son in­fluence né­faste de­vrait tou­te­fois res­ter li­mi­tée tant sur le plan do­mes­tique qu’in­ter­na­tio­nal. Pour au­tant, la nou­velle po­li­tique éner­gé­tique et cli­ma­tique amé­ri­caine reste lourde de me­naces. Il faut es­pé­rer que l’Union eu­ro­péenne et la Chine sau­ront faire vivre l’ac­cord in­ter­na­tio­nal de Pa­ris sur le cli­mat. Pé­kin semble dé­ci­dé à re­prendre le flam­beau. Par son obs­ti­na­tion à vou­loir nier la réa­li­té scien­ti­fique du chan­ge­ment cli­ma­tique, Do­nald Trump pour­rait en dé­fi­ni­tive ren­for­cer l’émer­gence d’une puis­sance qu’il a dé­si­gnée comme son prin­ci­pal ad­ver­saire, la Chine.

[1] Me­sures vi­sant à ré­duire de 32 % d’ici à 2030 les émis­sions de CO is­sues de la pro­duc­tion 2 d’élec­tri­ci­té aux Etats-Unis.

Mine de char­bon en Vir­gi­nie oc­ci­den­tale, Etats-Unis. Les pro­messes élec­to­rales de Do­nald Trump aux mi­neurs de char­bon se­ront dif­fi­ciles à te­nir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.