RA­LEN­TIS­SE­MENT DE LA CHINE : L’EF­FET DO­MI­NO

Alternatives Economiques - Hors-Série - - Alternatives Ecomomiques -

L’éco­no­mie chinoise est en mu­ta­tion vers un mo­dèle de crois­sance da­van­tage fon­dé sur la de­mande in­té­rieure et moins sur le

com­merce ex­té­rieur. Il s’en suit une baisse de l’ac­ti­vi­té in­dus­trielle en Chine et un ra­len­tis­se­ment de ses im­por­ta­tions, contri­buant au ra­len­tis­se­ment du com­merce mon­dial. Ce­lui-ci a dé­bu­té en 2012 et s’est ac­cen­tué en 2015 et au pre­mier tri­mestre 2016 quand les im­por­ta­tions mon­diales ont bais­sé de 2 %.

Ce ra­len­tis­se­ment du géant asia­tique frappe de plein fouet ses par­te­naires ré­gio­naux, comme la Co­rée du Sud (qui ex­porte un quart de sa pro­duc­tion vers la Chine), Hong­kong, Sin­ga­pour et Tai­wan. Mais glo­ba­le­ment, avec un peu plus de 5 % en 2016 et en 2017, la crois­sance de la zone asia­tique hors Chine de­vrait ré­sis­ter, même si elle s’in­flé­chi­ra par rap­port aux 7 % an­nuels entre 2008 et 2014. La mise en place d’un plan de re­lance en Co­rée en 2016, dans la fou­lée du plan thaï­lan­dais de l’an­née pré­cé­dente, la ré­si­lience de l’In­do­né­sie, des Phi­lip­pines et de l’Inde, qui a plus par­ti­cu­liè­re­ment pro­fi­té du contre-choc pé­tro­lier ali­men­tant le pou­voir d’achat et la con­som­ma­tion pri­vée, amor­ti­ront l’ef­fet du ra­len­tis­se­ment chi­nois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.