Ob­jec­tifs du dé­ve­lop­pe­ment : doit mieux faire

Le nombre éle­vé d’ob­jec­tifs que la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale s’est fixé com­plique l’éva­lua­tion des pro­grès ou des re­culs.

Alternatives Economiques - Hors-Série - - Sommaire - YANN MENS

Jus­qu’en 2015, ils étaient huit et, nés en 2000, on les avait ap­pe­lés « Ob­jec­tifs du mil­lé­naire pour le dé­ve­lop­pe­ment ». Ils ont de­puis cette date gros­si et chan­gé de nom. Les nou­veaux dé­fis que la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale s’est fixés, à l’ho­ri­zon 2030, s’in­ti­tulent« Ob­jec­tifs de dé­ve­lop­pe­ment du­rable » (ODD). Ils sont au nombre de dix-sept, dé­cli­nés en 169 cibles (contre 44 pour ceux du mil­lé­naire). Sur­tout, alors que leurs pré­dé­ces­seurs étaient cen­trés sur la lutte contre la pau­vre­té (ali­men­ta­tion, san­té, édu­ca­tion…) et concer­naient donc prin­ci­pa­le­ment les pays dé­fa­vo­ri­sés, les ODD en­globent des pro­blé­ma­tiques glo­bales (cli­mat, bio­di­ver­si­té, éner­gie, paix, jus­tice…) dans les­quelles les pays dé­ve­lop­pés sont au­tant par­tie pre­nante.

L’ex­ten­sion à ces nou­veaux su­jets et la di­ver­si­fi­ca­tion des cibles posent – entre autres choses – des pro­blèmes de me­sure et d’éla­bo­ra­tion d’in­di­ca­teurs ap­pro­priés. Du coup, tous les ODD ne sont pas en­core éva­lués dans le rap­port an­nuel des Na­tions unies.

Que montrent les cibles dé­jà quan­ti­fiées ? Un pa­no­ra­ma de pro­grès in­dé­niables, mais aus­si d’in­éga­li­tés per­sis­tantes, de stag­na­tions par­fois et de re­culs dans quelques do­maines. Cô­té pro­grès, par exemple, le nombre de per­sonnes sous-ali­men­tées dans le monde est pas­sé de 930 mil­lions en 2000-2002 à 793 mil­lions en 2014-2016. Et le taux de mortalité ma­ter­nelle a di­mi­nué de 37 % entre 2000 et 2015. La part de la po­pu­la­tion mon­diale qui a ac­cès à l’élec­tri­ci­té était de 85 % en 2014, contre 78 % en 2000. En re­vanche, la part des en­fants non sco­la­ri­sés en âge de fré­quen­ter l’école pri­maire, soit 9 %, stagne de­puis 2008. Dans d’autres cas, les pro­grès sont in­égaux et lents par rap­port aux cibles. Ain­si, dans les pays les moins avan­cés, le pro­duit in­té­rieur brut (PIB) réel a aug­men­té de 4,9 % par an entre 2010 et 2015, loin des 7 % consi­dé­rés comme né­ces­saires. Des re­culs s’ob­servent en ma­tière d’en­vi­ron­ne­ment. L’em­preinte ma­té­rielle de l’hu­ma­ni­té n’a ces­sé en ef­fet d’aug­men­ter entre 2000 et 2010. Et cette fois, la balle est en pre­mier lieu dans le camp des pays les plus dé­ve­lop­pés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.