La re­prise me­na­cée

Consom­ma­tion, in­ves­tis­se­ment des mé­nages et des en­tre­prises… De­puis 2016, l’ac­ti­vi­té éco­no­mique s’était net­te­ment re­dres­sée en France. Mais en 2018, elle marque le pas. Et da­van­tage qu’ailleurs en Eu­rope.

Alternatives Economiques - Hors-Série - - Sommaire - GUILLAUME DU­VAL

Sous l’im­pact de la po­li­tique mo­né­taire très ac­com­mo­dante de la Banque cen­trale eu­ro­péenne (BCE) et d’un prix du pé­trole du­ra­ble­ment bas, l’ac­ti­vi­té éco­no­mique avait fi­ni par se re­dres­ser en France en 2016 et sur­tout en 2017. Le dé­but de l’an­née 2018 a mar­qué ce­pen­dant un net coup d’ar­rêt. En cause, le re­gain d’in­fla­tion lié à la hausse du ba­ril de brut. Toute l’Eu­rope est concer­née, mais ce coup de frein a été net­te­ment plus mar­qué en France qu’ailleurs, du fait de l’im­pact né­ga­tif sur le pou­voir d’achat des mé­nages or­di­naires des me­sures fis­cales prises (hausse de la CSG et des taxes sur l’éner­gie) pour com­pen­ser la qua­si-dis­pa­ri­tion de l’im­pôt sur la for­tune (ISF) et la forte baisse de l’im­po­si­tion des re­ve­nus du ca­pi­tal. Ces ef­fets de­vraient ce­pen­dant s’at­té­nuer en fin d’an­née avec la baisse des co­ti­sa­tions sa­la­riales et les éxo­né­ra­tions de taxe d’ha­bi­ta­tion. Au fi­nal, la crois­sance du PIB ne de­vrait tou­te­fois être que de 1,6 % en 2018.

Si la France n’a pas connu de­puis 2008 le sort des pays du sud du conti­nent, c’est parce que la consom­ma­tion des mé­nages et celle des ad­mi­nis­tra­tions pu­bliques n’ont pas du­ra­ble­ment flé­chi après 2010, lorsque la crise a re­pris de plus belle dans la zone eu­ro. C’est d’ailleurs cette bonne te­nue de la de­mande fran­çaise qui a per­mis à la zone eu­ro de ne pas im­plo­ser au mo­ment où les de­mandes es­pa­gnole, ita­lienne, grecque, por­tu­gaise… s’ef­fon­draient.

Ce­la n’a pas été le cas en re­vanche de l’in­ves­tis­se­ment des mé­nages dans l’im­mo­bi­lier, de ce­lui des ad­mi­nis­tra­tions pu­bliques et de ce­lui des en­tre­prises, qui ont plon­gé. L’in­ves­tis­se­ment des mé­nages s’est un peu re­dres­sé ces der­nières an­nées (sauf en 2018), l’in­ves­tis­se­ment pu­blic a ces­sé de bais­ser et ce­lui des en­tre­prises est re­par­ti plus net­te­ment, sa pro­gres­sion de­puis 2008 dé­pas­sant même lé­gè­re­ment celle de l’en­semble du pro­duit in­té­rieur brut (PIB). Quant à l’in­ves­tis­se­ment du sec­teur fi­nan­cier, do­pé par le quan­ti­ta­tive ea­sing de la BCE, il a bon­di de fa­çon spec­ta­cu­laire. Im­por­ta­tions et ex­por­ta­tions sont elles aus­si re­par­ties à la hausse, mais sans que le dé­fi­cit com­mer­cial ne se ré­duise sen­si­ble­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.