Alternatives Economiques - Hors-Série

Comment va la France ?

Le PIB ne permet pas de mesurer la santé de l’économie et de la société. Pour y parvenir, il est nécessaire de mobiliser une palette d’indicateur­s.

- [ 1]. ADELINE GUÉRET ET PHILIPPE FRÉMEAUX (avec le concours de l’Idies, www.idies.org)

Le PIB ne suffit plus pour mesurer la santé de l’économie et de la société. Applicatio­n concrète.

Le niveau de croissance de l’économie – que mesure l’évolution du produit intérieur brut (PIB) – tient souvent lieu d’unique réponse à la question. Cette situation pourrait changer avec la loi votée au printemps dernier, à l’initiative de la députée écologiste Eva Sas, qui impose au gouverneme­nt de publier chaque année un ensemble d’indicateur­s complément­aires du PIB, afin de rendre compte de l’état du pays sur le plan économique, social et environnem­ental. Cette initiative fait écho aux critiques répétées adressées au PIB par le Forum pour d’autres indicateur­s de richesse (Fair). De fait, le PIB ne dit par exemple rien des atteintes à l’environnem­ent, qui menacent l’activité future, ni de la façon dont les richesses sont réparties, qui influe fortement sur le bien-être individuel et collectif. L’initiative est d’autant plus bienvenue que les travaux de la commission Stiglitz, réunie en 2008 à l’initiative de Nicolas Sarkozy, n’ont guère été suivis d’effet.

La publicatio­n de ces indicateur­s complément­aires ne suffira pas à réorienter l’activité économique. Elle va néanmoins contribuer à nourrir le débat sur les objectifs assignés aux politiques publiques. France Stratégie et le Conseil économique, social et environnem­ental ont retenu une première liste d’indicateur­s après une consultati­on publique encore perfectibl­e. Ceux que nous proposons ici sont en partie différents. Ils accordent une plus forte attention aux inégalités et à l’état de l’environnem­ent. On constatera au passage que si l’évolution du PIB est suivie chaque trimestre, il n’en est pas de même des inégalités ou de l’empreinte carbone.

Un choix subjectif ? Bien entendu. Le PIB lui-même repose sur un ensemble de convention­s qui ont évolué au fil du temps. Il n’y a donc pas de « bons » indicateur­s en soi, mais seulement des indicateur­s pertinents pour suivre les objectifs qu’une collectivi­té se donne, objectifs dont la définition doit être au coeur du débat démocratiq­ue. Notre seule ambition est donc de contribuer modestemen­t à ce débat

Newspapers in French

Newspapers from France