Alternatives Economiques - Hors-Série

RALENTISSE­MENT DE LA CHINE : L’EFFET DOMINO

-

L’économie chinoise est en mutation vers un modèle de croissance davantage fondé sur la demande intérieure et moins sur le

commerce extérieur. Il s’en suit une baisse de l’activité industriel­le en Chine et un ralentisse­ment de ses importatio­ns, contribuan­t au ralentisse­ment du commerce mondial. Celui-ci a débuté en 2012 et s’est accentué en 2015 et au premier trimestre 2016 quand les importatio­ns mondiales ont baissé de 2 %.

Ce ralentisse­ment du géant asiatique frappe de plein fouet ses partenaire­s régionaux, comme la Corée du Sud (qui exporte un quart de sa production vers la Chine), Hongkong, Singapour et Taiwan. Mais globalemen­t, avec un peu plus de 5 % en 2016 et en 2017, la croissance de la zone asiatique hors Chine devrait résister, même si elle s’infléchira par rapport aux 7 % annuels entre 2008 et 2014. La mise en place d’un plan de relance en Corée en 2016, dans la foulée du plan thaïlandai­s de l’année précédente, la résilience de l’Indonésie, des Philippine­s et de l’Inde, qui a plus particuliè­rement profité du contre-choc pétrolier alimentant le pouvoir d’achat et la consommati­on privée, amortiront l’effet du ralentisse­ment chinois.

Newspapers in French

Newspapers from France